Ecosse et Catalogne : vers l’indépendance ?

 

Alex Salmond et David Cameron signent le pacte d'Edimbourg

 

La question de l’indépendance de l’Ecosse et de la Catalogne a été au cœur de l’actualité de ce mois d’octobre.

 « Le gouvernement britannique et le gouvernement écossais sont tombés d’accord pour qu’un référendum sur l’indépendance écossaise soit organisé », titrait The Guardian le 16 octobre. Le pacte d’Edimbourg fait suite à l’élection au parlement écossais d’une majorité nationaliste. A l’issue de plusieurs mois de négociation, Alex Salmond a obtenu que le referendum ait lieu en 2014 et non en 2013 comme le souhaitait Cameron, et que les jeunes de 16 et17 ans puissent voter, ce qui accroit les chances du vote indépendantiste. Cameron de son côté obtient qu’une seule question soit posée : voulez-vous oui ou non que l’Ecosse devienne indépendante ? Salmond aurait aimé ajouter une seconde question sur la dévolution de plus de pouvoirs à l’Ecosse, quelle que soit la réponse à la première question.

 Le président de la Généralité catalane, Artur Mas, a quant à lui déclaré que si son parti était réélu aux élections régionales du 25 novembre, il organiserait un référendum sur la question suivante : « voulez-vous que la Catalogne devienne un nouvel état au sein de l’Union Européenne ? » Le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy a réagi brutalement à cette déclaration. Le ministre de la justice Alberto Ruiz Gallardon a menacé Mas de rétorsion : « si une personne commet un acte illégal, elle doit répondre de ses actions. »

 Qu’est-ce qui explique le fossé qui sépare la négociation d’Edimbourg et l’affrontement crispé entre Madrid et Barcelone ?

 Une partie de la différence tient à la conjoncture. En Ecosse, une minorité est actuellement en faveur de l’indépendance : 34% pour, 55%  contre. Cameron pense que le « non » l’emportera en 2014 ; Salmond pense que ses chances de renverser la tendance sont sérieuses. Dans l’Espagne déchirée par la crise économique, le ressentiment des Catalans contre le gouvernement central n’a cessé de croître : leur région est en faillite, ce qui est une source d’humiliation, mais le déficit est du en partie aux transferts vers d’autres régions. Les chances du oui au référendum, s’il avait lieu, seraient élevées.

 Il y a aussi une grande différence culturelle. Les Ecossais ont été opprimés par les Anglais au dix-huitième siècle, mais la Royauté se proclame, depuis Balmoral, aussi écossaise qu’anglaise. Par ailleurs, le gaélique n’est presque pas parlé, et la langue n’est pas un marqueur national. En revanche, la langue catalane est parlée par une majorité de la population. La guerre civile espagnole, la victoire du franquisme et l’écrasement des nationalités est un souvenir qui brûle encore sous la cendre. Le problème est d’autant plus aigu que le Parti Populaire est, à bien des égards, un héritier du franquisme. La réaction de nombre de ses partisans en face des revendications nationalistes, en particulier basques mais aussi catalanes, est parfois proche de l’hystérie.

 Enfin, le contexte institutionnel est différent. Parce qu’elle voulait éviter la répétition des clivages meurtriers, la constitution espagnole n’inclut pas de mécanismes souples de révision et ne considère pas la possibilité d’un démembrement. L’absence de Constitution écrite de la Grande Bretagne permet de définir, par consensus, des processus permettant de gérer même la possibilité que le Royaume Uni d’Angleterre, Galles, Ecosse et Irlande du Nord vienne à disparaître.

Artur Mas acclamé par ses partisans. Photo El Pais.