Elections en Grande Bretagne

100409_house_of_parliament.1270798673.jpg

La Fondation Robert Schuman, qui se présente comme « The French think tank in Europe », vient de publier une étude remarquable sur les élections britanniques : http://www.robert-schuman.eu/oee.php?num=624.

« Le 6 avril, le Premier ministre, Gordon Brown (Parti travailliste, Labour) a officiellement annoncé la date des prochaines élections législatives au Royaume-Uni. « La Reine a accepté de dissoudre le Parlement et des élections législatives auront lieu le 6 mai » a déclaré le Chef du gouvernement après avoir rencontré, comme chaque mardi, Elizabeth II au Palais de Buckingham.
Ce sera la première bataille électorale es-qualité pour les leaders des 3 principaux partis politiques: David Cameron, qui dirige le Parti conservateur (Conservative) depuis décembre 2005, Gordon Brown, qui a succédé à Tony Blair à la tête du Labour le 24 juin 2007 (et le 27 juin comme Chef du gouvernement) et Nick Clegg, qui a été élu à la tête des Libéraux démocrates (Lib-Dem) en décembre 2007. Le dernier scrutin à avoir vu s’opposer trois nouveaux leaders est celui de 1979, que Margaret Thatcher avait emporté devant James Callaghan (Labour) et David Steel (Lib-Dem). Cette élection, quels qu’en soient les résultats, va donc se traduire par un profond renouvellement de la classe politique

A un mois du scrutin, l’écart s’est considérablement réduit entre les Travaillistes et les Conservateurs. Ces derniers ont longtemps été donnés gagnants (avec 20 points d’avance) par toutes les enquêtes d’opinion depuis l’automne 2007. Une victoire travailliste, jugée vraiment improbable il y a quelques semaines, ne paraît désormais plus complètement impossible. »

L’étude expose la situation d’un pays en plein désarroi, décrit le système politique britannique et pose trois questions : Le Parti Conservateur peut-il échouer ? Le Parti Travailliste peut-il remporter le scrutin ? Les Libéraux Démocrates décideront-ils du scrutin ?

Etant moi-même un observateur attentif de la Grande Bretagne, j’ai été impressionné par l’exhaustivité de l’information produite par cette étude et la qualité de l’analyse. Qu’est-ce qui m’a étonné ? D’une part, le fait que cette élection peut changer fortement le paysage politique britannique : les leaders des trois principaux partis ont accédé à leur poste après les dernières élections générales ; 150 députés ne se représentent pas, ce qui entraînera un fort renouvellement du personnel politique ; si les Travaillistes restent au pouvoir, surtout avec l’appoint des Libéraux Démocrates, ils ont promis un referendum sur le mode de scrutin. J’ai été aussi étonné du risque qu’entraînerait un « hung Parliament », un Parlement suspendu, sans majorité absolue : « ce scénario, banal dans de nombreuses démocraties européennes, s’avèrerait problématique au Royaume-Uni, pays où les partis politiques n’ont pas l’habitude de faire des compromis ou de travailler en coalition. Un tel scénario serait donc porteur d’un risque de paralysie du système. »

(Photo : Maison du Parlement a Londres, http://www.photopolis.co.uk/famousbuildings.htm)