Ellen MacArthur change de vie

La navigatrice Ellen McArthur, 33 ans, vient d’annoncer qu’elle ne cherchera pas à regagner le record du tour du monde à la voile en solitaire et va désormais militer pour un mode de vie respectueux de la planète, « sustainable living ».

Il y a peu de personnalités également populaires des deux côtés de la Manche. Je pense spontanément à Jane Birkin pour la chanson et le cinéma, à Arsène Wenger et Thierry Henry pour le football. Ellen MacArthur est de celles-là. Son duel avec Francis Joyon pour le record du tour du monde à la voile a passionné les opinions publiques britannique et française : 71 jours pour elle en 2005, 14 jours de moins pour lui l’an dernier. Les 80 jours de Phileas Fogg étaient pulvérisés.

« Ce monde, dit Ellen, dont, enfant, je pensais qu’il était le plus grand, le plus aventureux endroit que l’on puisse imaginer, n’est pas si grand. » Il faut, dit-elle, prendre conscience de ce que nos ressources sont limitées. « Quand vous naviguez à bord d’un bateau, vous prenez avec vous le minimum de ressources. Vous ne gaspillez rien. Vous ne laissez pas la lumière allumée ; vous ne laissez pas un écran d’ordinateur allumé. Et vous vous rendez compte de ce que sur la terre vous prenez ce que vous voulez. Vous ne feriez pas cela à bord d’un bateau. Si vous avez besoin d’un rouleau de papier de cuisine, vous déchirez un coin, pas un carré entier. Mais quelqu’un quelque part a pensé que tout le monde avait besoin d’une ligne perforée. »

Le Sunday Times (4 octobre 2009) évoque l’enfance d’Ellen et son rêve d’océans. « Elle était d’une certaine façon coincée puisqu’elle vivait loin de la mer au milieu du Derbyshire, de sorte que son bateau était au fond du jardin la plus grande partie de l’année. Elle s’asseyait simplement dedans imaginant la vie sur les vagues. »

Ellen imagine maintenant la vie dans un monde libéré de l’insouciante gloutonnerie.