Entendez-vous dans nos campagnes mugir ?

Lors de la campagne électorale pour l’élection présidentielle, j’ai été assourdi par le vacarme de mes « amis Facebook » des camps « filloniste » et « mélenchoniste ». Mugissements de féroces soldats !

J’ai plusieurs fois, pour préserver ma tranquillité d’esprit, utilisé la possibilité offerte par Facebook de classer des amis trop virulents à mon goût, en « amis non suivis ». Je me suis promis de rouvrir ce canal de communication avec eux lorsque reviendra l’été, à la fête de la musique.

Complot ourdi par les médias. Justice aux ordres d’un cabinet noir. Acharnement judiciaire. Injuste mise en examen pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, escroquerie aggravée. Péchés véniels. Candidat de la valeur famille. Programme irréprochable. Redressement du pays.

Candidat du peuple. Pays pillé, défiguré, démoralisé, gouverné par une finance à la cupidité insatiable. Brutalités de l’Union européenne contre la démocratie. France insoumise et fière de l’être. Stupéfaction de ne s’être pas qualifiés pour le second tour. Vilipender les crétins aveugles qui n’adhèrent pas.

J’aimerais : acceptation de la complexité du monde ; recherche de la vérité des faits ; confrontation des points de vue. Faire silence.

Découverte douloureuse de ce que j’appartiens au « peuple du web » face au « peuple du mur » et que peut-être, si j’avais aujourd’hui quarante ans de moins, je chanterais à l’homme que je suis devenu : « les bourgeois, c’est comme les cochons ! ».