Etonnantes élections britanniques

100509_london-uk-the-media-on-ab-012.1273397051.jpg

Les élections du 6 mai en Grande Bretagne ont été pleines de surprises, pour les Britanniques et plus encore pour les observateurs de l’étranger.

La surprise majeure est l’absence de traduction de la « Cleggmania » sur le résultat des élections. Non seulement le Parti Libéral Démocrate ne progresse pas, mais il perd 5 sièges !

Un observateur français est dérouté par la manière dont les Britanniques vivent l’élection. Le fait qu’elle se déroule un jeudi est presque anecdotique. Ce qui surprend, c’est la polarisation exclusive sur le nombre de sièges. En France, on se focalise d’abord sur le taux de participation. Ici, on n’apprendra qu’incidemment qu’il a été de 65% au lieu de 61% en 2005. La forte participation a été soulignée par les journaux, mais surtout parce qu’ici et là des électeurs de la dernière heure se sont vu interdire l’accès aux bureaux de vote après des heures de queue.

En France, on accorde une grande importance au pourcentage des votes pour chaque parti : 36% pour les Conservateurs, 29% pour les Travaillistes, 23% pour les Libéraux Démocrates. De l’autre côté de la Manche, ce qui compte est le nombre de sièges, respectivement 306 (+97) pour les Conservateurs, 258 (-91) pour les Travaillistes, 57 (-5) pour les Libéraux Démocrates. Un observateur français remarquera que 2 millions d’électeurs de plus ont voté pour les Conservateurs que pour les Travaillistes, et 1.4 millions de plus pour les Travaillistes que pour les Libéraux Démocrates. Il s’indignera de ce qu’il y faille 120.000 électeurs pour élire un député Libéral Démocrate, 35.000 pour un député Conservateur et 33.000 pour un député Travailliste.

 La démocratie est solide des deux côtés de la Manche. Mais elle est vécue de manière bien différente.

Photo The Guardian : les médias à Westminster.