Europe, éveille-toi

100522_lincoln_cathdral2.1274548086.JPG

Le quotidien britannique The Guardian a publié le 20 mai un article de Timothy Garton Ash intitulé : « l’Europe  marche comme un somnambule vers son déclin. Il nous faudrait un Churchill pour la réveiller ». http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/may/19/europe-sleepwalk-decline-wake

« Quelqu’un peut-il me sauver de l’europessimisme ? Je me sens plus déprimé au sujet de l’état du projet européen que je ne l’ai été pendant des décennies. L’eurozone est en danger mortel. La politique étrangère européenne avance au pas d’un escargot ivre. Les moteurs historiques de l’intégration européenne sont perdus ou toussotent. Les leaders européens réarrangent les transats sur le pont du Titanic tout en enseignant au reste du monde la navigation maritime. »

L’auteur analyse l’impuissance croissante de l’Europe, patente au sommet climatique de Copenhague et le basculement du pouvoir vers le Pacifique.

(….) « Pendant plus de 50 ans après 1945, il y avait cinq grandes forces motrices du projet européen. C’étaient : le souvenir de la guerre, un souvenir personnel profondément motivant jusqu’à la génération d’Helmut Kohl et de François Mitterrand ; la menace soviétique à l’Europe occidentale et le désir des peuples d’Europe Centrale et de l’Est d’échapper à la domination soviétique et de trouver la liberté et la sécurité ; le soutien américain à l’intégration européenne en réponse à la menace soviétique ; la République Fédérale d’Allemagne, désireuse de réhabiliter l’Allemagne post-nazi au sein de la famille européenne et aussi de gagner le soutien des voisins européens à la réunification allemande ; et la France, avec son ambition ambivalente pour une Europe menée par la France. Ces cinq forces motrices sont maintenant absentes ou grandement affaiblies.

A la place, nous avons un ensemble de nouvelles raisons pour le projet. Elles incluent des défis mondiaux comme le réchauffement climatique et le système financier mondialisé, qui ont un impact croissant sur les vies de nos citoyens, et les pouvoirs émergents d’un monde multipolaire. Dans un monde de géants, elles aident à être un géant soi-même. Mais des raisons, un raisonnement intellectuel, n’est pas la même chose qu’une force motrice affective, fondée sur l’expérience personnelle directe et un sens immédiat de menace. Nous n’avons pas ce sentiment dans l’Europe d’aujourd’hui. Tant si l’on considère leur niveau de vie que leur qualité de vie, les Européens ne se sont jamais si bien portés. Ils ne se rendent pas compte à quel degré de radicalité les choses doivent changer de manière à ce qu’elles puissent rester les mêmes.

Il faudrait un nouveau Winston Churchill pour expliquer cela à tous les Européens, dans la poésie du « sang, sueur et larmes ». Au lieu de cela, nous avons Angla Merkel, Nicolas Sarkozy, Silvio Berlusconi et maintenant David Cameron (…) D’où alors viendra le dynamisme ? Je ne sais pas. Oui, je suis passé à travers de nombreux moments d’europessimisme auparavant ; il y a eu de tels moments aussi loin que je me souvienne. Chaque fois l’Europe est sortie des ornières d’une manière ou d’une autre, pour faire un autre pas en avant. Les concurrents mondiaux de l’Europe ont tous leur lot de gros problèmes. Dans 10 ans, les historiens vont peut-être regarder en arrière et rire de l’Euroscepticisme de 2010. Mais seulement si l’Europe s’éveille au monde dans lequel nous sommes.

Europe, éveille-toi ! »

Photo « transhumances » : gisant dans la cathédrale de Lincoln