Euroscepticisme Tory(de)

091106_david_cameron__william_hague.1257672504.jpg

 Le leader Conservateur David Cameron vient d’annoncer la politique européenne de son parti. Il s’est attiré une riposte d’une clarté inattendue du Secrétaire d’Etat français aux Affaires Européennes, Pierre Lellouche.

David Cameron a annoncé le 4 novembre que son parti revenait sur sa promesse de soumettre l’approbation du traité de Lisbonne à référendum. En contrepoint de cette reculade, le leader Tory tint des propos d’un euroscepticisme torride : « plus jamais un gouvernement britannique n’autorisera que des pouvoirs soient transférés à l’Union Européenne, comme ils l’ont été par le Traité de Lisbonne, sans l’accord du peuple britannique (…) On a dit aux gens que nous allions rejoindre un Marché Commun, et il s’avéra que c’était une Union Européenne. On leur a dit qu’ils auraient leur mot à dire sur la constitution européenne, mais cette promesse n’a pas été tenue. » Il indiqua qu’un gouvernement Tory ferait voter une loi sur la souveraineté nationale garantissant que l’autorité ultime serait celle du Parlement, qu’un référendum serait organisé avant un éventuel passage à l’Euro et avant tout transfert de compétences à l’Union Européenne, qu’il chercherait à exempter le Royaume Uni du respect de la charte des droits fondamentaux et à rapatrier à Londres la législation sociale et sur l’emploi. »

Le lendemain, la Une du quotidien The Guardian titrait : « France : les Tories « autistes » châtrent la Grande Bretagne ». Il est vrai que, dans un entretien avec le journal, Pierre Lellouche, Secrétaire d’Etat français aux Affaires Européens, n’y allait pas par quatre chemins.

« Les Tories ont une ligne et ne font que répéter la ligne. Cela donne une bizarre impression d’autisme (…) C’est pathétique. Il est tout simplement triste de voir la Grande Bretagne, qui est si importante en Europe, se couper du reste et disparaître de l’écran radar. Je sais qu’ils vont revenir, mais j’espère que le voyage sera court (…)  J’ai dit à William Hague (son homologue dans le « shadow cabinet » Tory) : allez-vous en pour deux ou deux ou trois ans. Compte tenu de votre situation politique et économique, vous allez vous retrouver tout seuls et vous reviendrez. Allez-y,  faites le. C’est mon message pour eux… Vous voulez être marginalisés, allez-y. Mais c’est une perte de temps pour nous tous. »

Le parti Conservateur a quitté l’an dernier le Parti Populaire Européen de Berlusconi, Merkel et Sarkozy pour s’allier à de petites formations dont certaines flirtent avec l’extrême droite et l’antisémitisme. Sa probable arrivée au pouvoir dans les prochains mois promet des jours difficiles pour l’Europe.

(Photo Conservative Party: David Cameron and William Hague)