Hommage à Klaus Nomi

Le Southbank Centre de Londres a produit le 11 février un concert de la compositrice autrichienne Olga Neuwirth, qui incluait un hommage au contre-ténor Klaus Nomi.

 Nous avions rencontré la personnalité de Klaus Nomi (1944 – 1983) dans l’exposition sur le post-modernisme. Son excès dans l’exubérance et la spectacularisation était présenté comme emblématique de l’esthétique des années soixante-dix. La compositrice autrichienne Olga Neuwirth, née en 1968, lui rend hommage avec une série de neuf chants directement inspirés de son œuvre. Ils sont interprétés au Queen Elisabeth Hall par le contre-ténor Andrew Watts et l’orchestre London Sinfonietta. On y retrouve l’esprit de Nomi, puisant son inspiration dans Purcell comme dans Marlene Dietrich et produisant une musique décalée et puissamment originale, avec l’objectif affiché de rendre le bizarre familier et vice-versa.

 Le concert s’ouvrait par « five daily miniatures », cinq courts chants inspirés de textes de Gertrude Klein. Le premier contact avec la voix d’Andrew Watts, si aigüe qu’il semble impossible qu’elle émane de son massif corps masculin, et avec le Sinfonietta Orchestra, expert dans l’art de rechercher jusque dans la mécanique d’un piano à queue des sonorités inouïes, provoque un fou-rire dans notre petit groupe, camouflé à grand peine dans les écharpes mais provoquant tout de même le regard courroucé et légitime de notre voisin.

 Le second morceau du programme était un concerto pour trompette et orchestre intitulé « …miramondo multiplo … » avec pour soliste Alistair Mackie. Comme l’hommage à Klaus Nomi, le concerto contient de multiples références, par exemple à Haendel ou Miles Davis. Mais c’est la richesse des sonorités qui frappe. En même temps qu’elle accomplissait sa formation musicale à Vienne, Olga Neuwirth étudiait l’électro-acoustique. Sa musique oscille de l’harmonieux au dissonant, comme la vie.

 La soirée consacrée par le Southbank Centre à Olga Neuwirth et, grâce à elle au souvenir de Klaus Nomi, nous a étonnés et envoûtés.

 Photo : Klaus Nomi.