Ile de Wight

100606_wight1.1275947601.JPG

Un week-end à l’Ile de Wight, à une vingtaine de kilomètres au sud de Portsmouth, offre un vrai dépaysement.

Le dépaysement tient d’abord à la traversée en ferry, qui emmène d’un monde à l’autre. Dans notre cas, il se mérite. Nous découvrons à Portsmouth qu’il ne reste plus à bord de place pour des voyageurs sans réservation. D’un parking de supermarché nous réussissons à réserver in extremis sur Red Funnel, une ligne qui embarque à Southampton.

Les falaises de calcaire blanc de la Baie d’Alum, au Nord Ouest de l’île, offrent un spectacle d’une austère beauté. La craie blanche contraste avec le vert intense de la prairie et le ciel parcouru de nuages. Nous parcourons plusieurs kilomètres à flanc de falaise sur un sentier marqué dans l’herbe fraîche par le passage répété des randonneurs. Nous avions vécu au Cap Blanc Nez (Pas de Calais) et à Beachy Head (entre Brighton et Eastbourne) un semblable sentiment de profonde respiration.

Notre hôtel à Ventnor nous déçoit. Il est mal entretenu et pour tout dire mal tenu. Pour nous consoler, le petit déjeuner « full English », servi dans une salle à manger de style anglais tapissée de rouge, est excellent.

Nous empruntons le sentier côtier jusqu’à l’ancien sanatorium installé là au dix-neuvième siècle pour profiter du climat réputé à la fois clément et revigorant de l’île. Il a été transformé en jardin botanique doté d’un centre d’accueil touristique ultramoderne. Le visiter en cette saison de floraison offre un festival de couleurs, de formes et d’aromes.

Nous déjeunons d’une salade de crabes arrosée d’un vin blanc californien et d’une bière rousse anglaise à la terrasse d’un café en bord de mer.

Dans l’intérieur des terres, le paysage est composé de collines verdoyantes. Nous visitons le joli village de Godshill. Beaucoup de ses maisons anciennes aux toits de chaume sont occupées par des artistes. L’église, perchée sur un promontoire, date du quinzième siècle.

L’île de Wight compte une importante population permanente et saisonnière de retraités. Elle a été atteinte par le « tsunami gris » évoqué par Martin Amis. Mais les vieux que l’on croise ici ne se conforment pas à l’image de déchéance dénoncée par l’écrivain. Ils sont dignes, désireux d’engager la conversation et décidés à braver leurs rhumatismes pour aller où bon leur semble. L’île est parcourue en tous sens par des autobus verts à deux étages qui passent à cadence rapprochée. Ils ont dans les personnes âgées une clientèle captive : il n’est pas rare de voir une dizaine de séniors patientant à un arrêt au milieu de nulle part.

La présence massive de personnes âgées imprime son rythme à la vie insulaire. Bien que située à moins d’une heure de bateau du reste de l’Angleterre, on vit ici plus lentement. Les boutiques, les restaurants et les hôtels ont souvent un charme désuet, avec un mobilier et une décoration datant des années cinquante et soixante, les années de gloire de leurs clients. Un hôtel de Ventnor se vante même, sur un panneau publicitaire, d’offrir à ses clients la télévision en couleur !

Photo « transhumances » : Sentier Tennyson sur la falaise de Alum Bay.