Impétueuse Réunion

L’Île de la Réunion, un minuscule territoire elliptique d’environ 70km sur 50 frappe par son relief abrupt et l’exubérance de sa végétation.

Le volcan de la Fournaise entre en éruption en moyenne une fois par an. Certaines de ses éruptions – ou pour mieux dire, ses effusions – libèrent des milliards de mètres cubes de magma et la lave descend à flanc de montagne jusqu’à se jeter dans l’océan en soulevant des nuages de vapeur.

Il faut peu de temps pour que la végétation, brûlée dans les coulées de lave, reprenne ses droits. La coulée de 1977, qui avait « miraculeusement » épargné l’église de Piton Sainte Rose, n’est presque plus visible aujourd’hui : elle est recouverte d’herbe et d’arbustes. Entre les pierres noires de celle de 2007, des plantes s’accrochent déjà bravement. Leurs racines font craquer la roche, leurs feuilles mortes servent de terrain nourricier pour d’autres espèces, et peu à peu une forêt nait du chaos.

151230_Reunion4

La coulée de lave de 2007, jusqu’à l’océan

L’obstacle des montagnes – jusqu’à plus de 3.000 mètres d’altitude – retient les nuages et provoque des précipitations qui peuvent être importantes et durables, surtout à l’est de l’île. Les habitants et les touristes apprécient les nombreuses cascades, tant pour le spectacle qu’elles offrent que pour l’opportunité de se baigner dans des bassins d’eau froide.

151230_Reunion2

Quand la végétation reprend ses droits

La Réunion est une île impétueuse : violence de la lave en fusion qui dévale les pentes, ardeur de la végétation à s’accrocher dans les roches les plus improbables, abondance de l’eau qui, associée au soleil, favorise la croissance rapide d’un nombre incalculable de plantes.

De l’impétueuse Réunion, les habitants sont en général placides. Le tempérament volcanique leur sied mal, sauf peut-être lorsque, bloqués par l’incivilité d’autres automobilistes sur un parking de supermarché en plein soleil, des éclats d’agressivité leur échappent malgré eux.

151230_Reunion1

L’Anse des Cascades