Inégalités en Grande Bretagne

  

100425_inegalites_yacht.1272179201.jpg

Le quotidien britannique The Guardian s’est fait l’écho récemment des recherches d’un universitaire de Sheffield, Danny Dorling, qui tendent à prouver que les inégalités s’accroissent en Grande Bretagne, malgré les politiques impulsées par le Parti Travailliste.

Dorling indique qu’à Londres, les 10% les plus riches ont un patrimoine moyen de £933.563 contre un maigre £3.420 pour les 10% les plus pauvres, soit un facteur 273. « L’écart de richesse a produit un inquiétant écart de santé. L’espérance de vie à la naissance du groupe le plus riche croit chaque année d’un an, alors que les plus pauvres ne voient presque aucun accroissement. En 2008, une femme née dans les quartiers huppés de Kensington et Chelsea pouvait espérer jusqu’à 88 ans et neuf mois – un an auparavant elle aurait pu atteindre 87.9 ans. A Glasgow, par contraste, les femmes peuvent espérer vivre jusqu’à 77.1 ans en 2007, mais elles n’ont gagné qu’un mois en 2008 pour atteindre 77.2 ans. »

Danny Dorling souligne que les riches tendent à se séparer du reste de la société, à vivre dans des quartiers isolés, à envoyer leurs enfants dans des écoles différentes. Cette ségrégation choisie peut avoir un effet négatif pour le Parti Conservateur : son électorat est de plus en plus concentré dans quelques circonscriptions. Comme l’élection est par scrutin uninominal à un tour, le parti manque d’électeurs dans les circonscriptions populaires : le Parti Travailliste pourrait remporter plus de sièges aux élections du 6 mai même s’il obtient moins de voix.

Le chercheur identifie six ensembles de croyances – élitisme, exclusion, préjugé, avidité et désespoir, qui remplacent les cinq fléaux sociaux à l’aube de l’Etat Providence : l’ignorance, le besoin, l’oisiveté, la misère noire et les maladies. Il considère que les politiciens britanniques ont accepté et encouragé l’idée que l’inégalité est fâcheuse mais inévitable au lieu de la voir, d’abord et avant tout, comme injuste. Il affirme que les politiques travaillistes les plus progressistes, comme la réduction de la pauvreté chez les enfants, sont rendues inutiles par un système élitiste qui permet aux « super-riches » d’accumuler des niveaux record de richesse.

(Photo : yacht Odyssey II, www.shipphotos.co.uk)