Intouchables

« Intouchables », film d’Olivier Nakache et Eric Tolédano, est devenu un succès du box-office par la magie du bouche à oreille. Il est vrai que dans un environnement morose, il fait passer un salutaire vent d’optimisme.

 Un ami de Philippe (François Cluzet), grand bourgeois collectionneur d’art devenu infirme à la suite d’un accident de parapente, vient le prévenir du passé judiciaire de Driss, l’homme qu’il a choisi comme aide de vie : « ce qui l’intéresse, c’est ton argent, ces gens-là n’ont aucune pitié ». « C’est justement ce que je cherche, répond Philippe : pas de pitié ! ».

 Driss (Omar Sy) est un grand gaillard sénégalais qui vit ou survit dans une banlieue sordide nommée Berlioz, un nom qui résonne tout autrement pour Philippe. S’il se présente dans l’hôtel particulier de Philippe à l’entretien d’embauche pour le poste d’aide de vie, c’est simplement pour ne pas perdre le bénéfice des Assedic. Mais dans le casting des candidats, Driss est le seul qui ne soit pas d’un ennui abyssal. Philippe donne sa chance à Driss. Il se laisse séduire et bousculer par l’énergie et l’impertinence de cet homme si étranger à son monde.

 Une belle scène du film est lorsque Philippe emmène Driss « prendre l’air » à bord de son jet privé. Le but du voyage est aussi de s’envoler en parapente. Philippe renoue avec sa passion d’avant l’accident ; Driss est terrorisé, mais finit par partager avec Philippe l’ivresse d’un moment de pure liberté.

 « Intouchables » est un film drôle et émouvant, porté par des acteurs formidables.

 Photo du film « Intouchables ».