Io sono l’amore

100425_i-am-love2.1272317432.jpg

Le dernier film de Luca Guadagnino. « io son l’amore », « je suis l’amour », « I am love », nous plonge dans une famille d’industriels milanais à l’heure d’un changement de génération.

La famille Recchi a fondé sa richesse sur l’industrie du textile. Elle célèbre le quatre-vingt dixième anniversaire du fondateur de l’entreprise, qui choisit cette occasion pour annoncer qu’il se laisse les rênes à son fils Tancredi et à l’un de ses petits fils. La réception est organisée avec soin par Emma, la femme de Trancredi, une belle femme du monde, fine, intelligente, attentionnée.

En quelques mois, la belle mécanique du succès s’enraye. Edoardo, le fils cadet d’Emma et Trancredi, se prend d’amitié pour Antonio, un cuisinier, et préfère poursuivre avec lui le projet d’ouvrir un restaurant à gérer l’affaire familiale. Betta, la fille, s’engage dans une relation homosexuelle. Tancredi choisit de vendre l’affaire familiale à un groupe Indien.

Emma s’éprend passionnément d’Antonio. Elle lui révèle peu à peu son origine russe, sa passion pour la gastronomie. Il lui fait découvrir son domaine, un coin de paradis au dessus de San Remo où il cultive les plantes qu’il se plait à cuisiner.

La passion de sa mère pour son ami est insupportable pour Edoardo. Après sa mort, Trancredi essaie de ramener Emma, effondrée, à sa vie de femme du monde. Mais celle-ci s’enfuit. « Tu n’existes plus », lui dit Tancredi.

L’histoire d’Emma est semblable à celle de l’héroïne du film « Partir » de Catherine Corsini. Une femme (Kristin Scott Thomas) quitte son mari médecin pour un maçon (Sergi Lopez). L’adultère est d’autant plus insupportable au médecin (Yvan Attal) qu’il se double d’une trahison de classe. Mais le film français donne dans un style résolument intimiste, alors que celui de Guadagnino souligne le drame social, à grand renfort d’une musique parfois un peu intrusive.

Nous avons aimé ce film, tourné dans des lieux familiers pour nous, principalement Milan et Londres. Le jeu d’actrice de Tilda Swinton dans le rôle d’Emma est d’une qualité exceptionnelle.

Photo : Io sono l’amore, Tilda Swinton et Mattia Zaccaro.