Jeremiah Johnson

Arte TV a récemment diffusé Jeremiah Johnson, western réalisé en 1972 par Sydney Pollack avec Robert Redford dans le rôle principal.

Soldat engagé dans la guerre entre les États-Unis et le Mexique (1846 – 1848), Jeremiah Johnson (Robert Redford) quitte la société violente des hommes pour vivre la vie solitaire d’un trappeur dans les Montagnes Rocheuses. Les premiers jours sont difficiles : comment pêcher, comment chasser, comment se protéger du froid ? Un vieux trappeur l’initie aux règles de survie dans un environnement splendide mais hostile. La montagne n’est pas déserte. Elle est peuplée de diverses tribus indiennes et de quelques rares aventuriers européens.

150427_Jeremiah_Johnson5

Jeremiah découvre au hasard de son errance une famille de colons dont tous les membres ont été massacrés, sauf la mère et un enfant, rendu muet par la catastrophe dont il a été témoin. Plus loin, le chef d’une tribu indienne lui offre sa fille comme épouse en compensation pour le don de scalps d’ennemis. Voici Jeremiah devenu malgré lui père de famille, époux de l’indienne Swann et d’un gamin de douze ans qu’il baptise Caled.

Cette nouvelle famille improbable, dont les membres sont muets ou ne parlent pas la même langue, trouve un endroit idéal pour s’établir au bord d’un torrent. Ils construisent une maison en rondin, défrichent, chassent, pêchent. Ils semblent avoir atteint le bonheur.

Mais voici qu’une colonne de cavalerie militaire demande l’aide de Jeremiah pour porter secours à un convoi de colons bloqué par la neige et menacé de mourir de froid et de faim. Pour gagner du temps, la colonne profane un cimetière d’indiens Crow, dans lequel les morts sont offerts aux oiseaux de proie sur des sortes de brancards élevés.

Jeremiah devient l’objet de la vengeance des Crows. Sa famille est massacrée. Emporté par la soif de vengeance, il massacre à son tour un campement. Les Crows envoient un par un des guerriers pour l’assassiner. Il parvient à survivre. Dans la dernière image du film, un émissaire des crows lui propose la paix.

« Jeremiah Johnson » est un beau film, non seulement pour les images envoûtantes des Montagnes Rocheuses, mais aussi pour l’histoire qu’il raconte. Johnson a laissé la civilisation et la guerre pour trouver la solitude et la paix. Mais il découvre que, même dans l’immensité vide des montagnes, il n’est de vie – ou de survie – qu’en société, et que cette vie, bien souvent, est cruelle et violente.

150427_Jeremiah_Johnson6