John Ruskin à Brantonwood

110503_lake_district_1.1304460006.JPG

La maison occupée par John Ruskin à Brantwood, sur les rives du lac de Coniston, dans le Lake District, offre une vue à couper le souffle.

John Ruskin (1819 – 1900) vécut au domaine de Brantonwood les vingt-huit dernières années de sa vie. Au fil de notre découverte de la Grande Bretagne, nous avons croisé à plusieurs reprises ce personnage formidable dont la vie coïncide à peu de choses près avec celle de la Reine Victoria. Il s’est en particulier illustré en prenant contre Dickens la défense des préraphaélites, qui partageaient avec lui une passion pour la nature menacée par le désastre écologique de la première industrialisation et voulaient, comme lui, rendre présente l’humanité dans sa réalité charnelle.

Ruskin fut un voyageur infatigable, chantre de Venise et de Florence, mort à Créteil lors d’une ultime escapade. Il fut un dessinateur et un peintre doué. Il fut un critique d’art prolifique et écouté. Il fut un prophète impitoyable dans sa critique du règne de l’argent, un chrétien social qui prônait l’éducation pour tous et la santé gratuite.

La maison de Brantonwood est pleine du souvenir de cet homme qui laissa une trace forte, contrastant avec sa fragilité psychologique, marquée par une sexualité non assumée et des moments de dépression. « There is no wealth but life », disait-il : il n’y a de richesse que la vie.

Photo « transhumances » : le lac de Coniston depuis Brantonwood.