Jubilée

 

Elizabeth II à Windsor, photo "transhumances"

Le premier week-end ensoleillé du printemps nous a donnés l’occasion de visiter le château de Windsor et de nous plonger dans l’atmosphère du Jubilée de Diamant de la Reine Elizabeth II.

 Malgré l’austérité, l’année 2012 s’annonce festive en Grande Bretagne, avec les Jeux Olympiques et la célébration des soixante années de règne de la souveraine. Visiter le château de Windsor, c’est approcher – de très loin – la famille royale. Et c’est de très loin qu’on accourt ! Dans la longue queue pour accéder au palais de poupée de la Reine Mary et aux appartements royaux, nous nous associons à la conversation animée de quatre étudiantes, Coréenne, Japonaise, Taïwanaise et Angolaise.

 Windsor est une manifestation de pouvoir, mâtiné de bonhommie. Les « bonnets à poils » se laissent approcher et photographier impassibles par des touristes ravis de l’exotique aubaine ; mais les jeunes militaires qui se prêtent aujourd’hui à cette manifestation folklorique peuvent demain recevoir leur carnet de route pour l’Afghanistan.

 En 1952, la jeune reine était encore impératrice, malgré la perte récente des Indes. La diversité de l’empire s’est maintenant invitée au cœur de l’Angleterre, du Pays de Galles, de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord : diversité des races, des cultures, des croyances, des religions ou des non-religions. Le jubilée marque une étonnante continuité : 60 ans d’un même monarque ! L’exposition de photos consacrée à l’événement témoigne aussi du passage du temps, non seulement en raison du vieillissement de la reine et du prince consort, mais aussi parce que la plupart des innombrables présidents et têtes couronnées qu’ils ont côtoyés appartiennent à une histoire désormais révolue.

Windsor : pouvoir et bonhommie. Photo "transhumances"