Knock

Dans « Knock », film de Lorraine Levy, Omar Sy donne de Knock l’image d’un médecin avide et roublard, mais fondamentalement bon.

Le Knock de Guy Lefranc (1951) était proche de celui de la pièce de Jules Romains (1923). Louis Jouvet incarnait un médecin escroc instillant la terreur dans le village de Saint-Maurice. Le jeu de l’acteur était glaçant et fascinant. Le personnage qu’il incarnait avait pour objectif l’imposition du règne de la médecine dans l’intimité de chaque famille. Il était obsédé aussi bien par le pouvoir terrifiant qu’il exerçait que par les sommes faramineuses qu’il pompait des paysans de Saint Maurice.

L’humour n’était pas absent du film de Jouvet. On se rappelle de la fameuse réplique : « ça vous chatouille ou ça vous gratouille ». La scène de l’orchestre municipal, dans lequel les musiciens sont malades par roulement de manière à maintenir la formation en fonctionnement, relève aussi du registre comique.

Le Knock d’Omar Sy est certes un bluffeur et un homme avide de richesse et de reconnaissance. Mais le rôle du méchant est tenu par le curé (Alex Lutz) qui, furieux de voir l’attention des villageois se déporter sur le médecin, est prêt à toutes les bassesses pour provoquer sa chute.

C’est aussi un homme amoureux d’une fille de ferme, Adèle (Ana Girardot), issue comme lui de l’assistance publique et qui sait déceler, derrière l’apparence de grande gueule, un homme fragile et généreux.

Et puis c’est un homme qui fait du bien dans le village : les enfants se brossent les dents, les couples font de nouveau l’amour, le facteur cesse de boire, le bègue parle normalement.

Lorraine Levy joue franchement sur les registres de l’émotion (lorsqu’Adèle tombe malade pour de bon) et de la grosse comédie (quand un margoulin venu faire chanter Knock se voit administrer par lui un purgatif puissant, ou lorsque la chaire du curé s’effondre sous les coups de poing dont il martèle son pupitre).

Ce Knock est loin d’être le chef d’œuvre qu’était celui de Guy Lefranc et Louis Jouvet. Mais c’est une agréable comédie qui fait passer un bon moment.

Le Knock de Louis Jouvet