La Famille Bélier

« La famille Bélier », film d’Éric Lartigau, est un excellent choix pour les fêtes de fin d’année : drôle, tonique et attendrissant.

 La famille Bélier est atypique : le père, la mère et le frère de Paula sont sourds et muets ; seule Paula parle et entend. Non seulement cela, mais le maître de la chorale du lycée détecte en elle un vrai talent pour le chant, au point de la pousser à s’inscrire au concours de recrutement de la maîtrise de Radio France.

 141224_Famille_Belier7

La famille Bélier fait corps. Ils exploitent ensemble une exploitation agricole ; ensemble, ils vendent leurs fromages sur le marché. Le départ possible de Paula pour Paris représente pour ses parents une catastrophe : bien qu’âgée seulement de seize ans, elle est la clé de voûte du clan. C’est elle qui négocie avec le monde des entendants, le banquier ou les fournisseurs. Elle est l’atout maître de la campagne que mène son père pour se faire élire maire sur un slogan irrécusable : « je vous entends ! ».

Il y a dans le film deux moments forts, à la frontière des deux mondes. Quand Paula interprète en duo avec le garçon qu’elle aime « je veux t’aimer », de Michel Sardou, le son est baissé jusqu’à ne plus représenter qu’une vague de fond inaudible, et le spectateur se trouve transporté dans la situation de ses parents venus l’applaudir. Lorsque, lors de son audition à Radio-France, elle interprète une autre chanson de Michel Sardou « chers parents, je ne m’enfuis pas, je vole »,  elle parle avec ses mains le langage des signes, et c’est un moment bouleversant.

« La famille Bélier » ne restera pas comme un « film culte ». Mais il inocule tonus, bon humeur et optimisme. Bref, c’est un film recommandable !

Les comédiens sont excellents, à commencer par Louane Emera (Paula), Karine Viard (la mère), François Damiens (le père) et Éric Elmosnino (le professeur de chant).

141224_Famille_Belier3