La flûte enchantée au Festival d’Aix en Provence

Arte TV a diffusé le 9 juillet l’opéra « la flûte enchantée » de Mozart en direct du Festival d’Aix en Provence dans une brillante mise en scène de Simon McBurney.

 Tout était remarquable dans cette retransmission. Les chanteurs : Stanislas de Barbeyrac (Tamino), Kathryn Lewerk (la Reine de la Nuit), Mari Eriksmoen (Pamina), Josef Wagner (Papageno). L’Orchestre Baroque de Fribourg, sous la direction de Pablo Herras-Casado.

 140710_Flute_enchantee

Ce qui m’a vraiment captivé, c’est la mise en scène du Britannique Simon McBurney.

 La machinerie : un plateau carré d’une dizaine de mètres de côté est manipulé grâce à des câbles accrochés à ses angles. Il devient estrade, plan incliné, écran de projection, table du Conseil des Initiés…

 Le studio des maquettes, sous le regard des spectateurs à gauche de la scène. Des mots et des dessins sont réalisés sur un tableau noir et projetés en fond de scène. Une rangée de livres anciens sert de muraille du Palais. Un livre est reculé et il semble qu’une porte s’ouvre devant Tamino.

 À droite, le studio de bruitage est, lui aussi, ouvert au regard des spectateurs et téléspectateurs.

 L’habillement des personnages joue un rôle dans la mise en scène : Tamino et Pamina portent des vêtements clairs, modernes et confortables. Les Initiés du Palais ressemblent à des Traders. Papageno, l’oiseleur, a l’attirail d’un ouvrier en bâtiment, avec les coloris d’un poète. La Reine de la Nuit promène sa tristesse et son aigreur dans une robe grise, en fauteuil roulant.

 La mise en scène de Simon McBurney rénove le regard sur l’œuvre de Mozart. Elle la réenchante.

140710_Flute_enchantee2