La gestion du chaos monétaire

110413_city.1302726571.JPG

La réforme du système monétaire international est l’un des objectifs de la présidence française du G20. Mais existe-t-il vraiment un système monétaire international ? Et est-il réformable ?

Dans le cadre de la présidence du G20, l’Ambassade de France en Grande Bretagne organise un cycle de conférences sur le thème « le G20, une révolution silencieuse dans la gouvernance mondiale ». L’une de ces conférences, en partenariat avec le Financial Times dans les locaux du journal, était consacrée à la réforme de la régulation financière et du système monétaire international.

Les intervenants s’accordèrent sur le diagnostic. Le monde est en train de changer à une vitesse accélérée. La Chine, d’autres pays asiatiques et le Brésil croissent à marche forcée. Comme ces pays n’ont pas confiance dans le système monétaire international, ils accumulent de gigantesques réserves qui constituent une menace pour l’équilibre mondial. Se référant à l’ancien étalon or, Jacques de Larosière énonça les caractéristiques d’un vrai système monétaire international : les monnaies sont convertibles, il y a un mécanisme d’ajustement automatique lorsqu’un pays dérape et il n’y a pas de marge de négociation. Si l’Etat émetteur de la principale devise, le dollar, refuse de se soumettre à une discipline commune, si les autres Etats sont libres de laisser flotter leur monnaie ou, comme la Chine, d’appliquer un taux fixe avec le dollar, ce n’est pas d’un système monétaire, mais d’un chaos monétaire qu’il faut parler.

Des progrès ont été accomplis récemment en élargissant les compétences et les ressources du fonds monétaire international, mais on est loin du compte. Les intervenants à la conférence semblaient avoir fait leur deuil d’une vraie réforme. Ils reportaient leurs espoirs sur une amélioration concertée de la gestion prudentielle des banques. Il s’agit en particulier de tenir sous contrôle la taille du bilan des banques et leur capacité de création monétaire par le crédit. La Banque des Règlements Internationaux à Bâle tend à accroître le capital que les banques doivent détenir pour garantir leurs engagements. D’autres sujets sont sur la table : la séparation des banques de détail et des banques d’investissement, les bonus des traders, les agences de rating. Les intervenants à la table ronde soulignèrent le risque que, sous la pression du lobby des banques, le mouvement de réforme s’essouffle. C’est bien ce qui se passe en Grande Bretagne. Le rapport intérimaire de la Commission Vickers sur la Banque tourne le dos à une séparation entre ce que le Parti Libéral Démocrate appelait « la banque casino » et la « banque de service ». Il y a quelques semaines, le dialogue entre banques et Gouvernement baptisé « Projet Merlin » se limitait à un code de bonne conduite, en particulier sur les bonus.

L’animateur du débat, le journaliste du Financial Times Martin Wolf, par ailleurs l’un des membres de la Commission Vickers, semblait s’accommoder du chaos : « quand on voit la gravité et la violence de la crise, on s’en est sorti remarquablement bien », remarquait-il. On sentait chez Jacques de Larosière une profonde frustration de ne pouvoir mettre plus de rationalité dans les relations économiques internationales. Plus qu’une divergence sur le fond, leur désaccord était culturel : pragmatisme d’un pessimiste tout étonné d’être encore en vie du côté de l’Anglais, dépit d’un idéaliste cartésien face à la mauvaise volonté des faits et des chiffres du côté du Français.

Photo « transhumances » : la City à Londres