L’abbaye troglodyte de Brantôme

Derrière les bâtiments conventuels du dix-huitième siècle, l’Abbaye de Brantôme (Dordogne) conserve le souvenir d’une vie monastique troglodyte.

La petite ville de Brantôme, construite dans un coude de la Dronne, offre au flâneur des rues paisibles où abondent les bâtiments anciens. Au bord de la rivière, l’abbaye construite au dix-huitième siècle est de proportions imposantes. Elle jouxte une falaise aux flancs de laquelle la vie monastique bénédictine a commencé au huitième siècle.

150930_Brantome2

Oeuvre de Max Mitau dans le parcours troglodyte de l’Abbaye de Brantôme

Un parcours permet de se rendre compte de ce que fut cette vie religieuse troglodyte. Dans une grotte, des bas-reliefs représentant la crucifixion et la résurrection du Christ sont très bien conservés. Le visiteur avance d’une cavité à l’autre. Des échancrures creusées dans la roche attestent des charpentes qui autrefois servaient d’appui aux bâtiments conventuels.

Dans les trois religions monothéistes, la grotte a un fort pouvoir symbolique. C’est là que les prophètes se retirent du monde et reçoivent des révélations. Il n’est pas étonnant que les premiers moines de Brantôme aient choisi ce lieu comme espace de vie communautaire, de pénitence et de prière. La source qui coule au flanc de la falaise a facilité la vie quotidienne et apporté une autre dimension symbolique.

Le parcours troglodyte de l’abbaye est le cadre d’une exposition d’œuvres du peintre bordelais Max Mitau. Celui-ci utilise comme support le métal. L’emplacement des panneaux a été choisi avec soin pour que textures et couleurs s’accordent à celles de la roche. C’est, pour le visiteur, un émerveillement.

150930_Brantome1

Bas-relief de la crucifixion dans l’abbaye troglodyte de Brantôme