L’Archevêque indigné

Rowan Williams, Archevêque de Cantorbéry et Primat de l’Eglise Anglicane a publié le 9 juin dans The New Statesman une tribune intitulée « le gouvernement doit savoir combien les gens ont peur ».

 La presse a retenu de cette tribune la violente critique de la politique du gouvernement Cameron : « nous sommes engagés dans des politiques radicales et à long terme pour lesquelles personne n’a voté » ; ou encore « ce qui n’aide pas, c’est une résurgence tranquille du langage facile  sur les pauvres « méritants » ou « non méritants » ou la pression continuelle pour ce qui apparait comme des réactions punitives aux abus supposés au système. » Le dessin de Steve Bell dans The Guardian l’exprime avec un humour caustique : le regard de l’Archevêque est rouge de colère, à sa crosse le Chancelier de l’Echiquier George Osborne est crucifié.

En réalité, Williams a pour cible l’affaiblissement de la démocratie en Grande Bretagne. Il pose des questions sur la « grande société » promue par le Parti Conservateur, dans laquelle l’initiative locale est supposée prendre le relais de l’Etat. « Mais nous sommes encore dans l’attente d’une prise de position complète et robuste sur ce que la gauche ferait autrement et sur ce que pourrait être une version de gauche du localisme ». « Il y a, au milieu de beaucoup de confusion, une requête de plus en plus audible pour repenser la démocratie elle-même – et l’urgence de cela est soulignée par ce qui se passe au Moyen Orient et en Afrique du Nord ».

 Williams évoque la perplexité et l’indignation que le gouvernement actuel affronte à propos de ses propositions de réforme de la santé et de l’éducation. Il critique l’insuffisance du débat démocratique, qui suscite anxiété et colère. Le gouvernement Cameron pose le rétablissement des finances publiques comme une exigence absolue, un préalable à toute autre politique. Mais, demande l’Archevêque, comment ignorer la nécessité d’investir de manière continue dans le long terme et s’attaquer à des problèmes radicaux : la pauvreté des enfants, le faible niveau d’éducation de base, le manque d’accès à l’excellence éducative, une infrastructure durable dans les communautés les plus pauvres (rurales aussi bien qu’urbaines), etc. ?

 Il ne met pas en cause l’honnêteté du projet de « grande société », que l’opposition fustige comme pure excuse pour les coupes budgétaires. Mais « la vérité inconfortable est que, si on trouve en de multiples endroits des initiatives de base et du mutualisme local, ils ont été affaiblis par des décennies de fragmentation culturelle. On ne peut par réinventer en un jour les vieilles traditions syndicalistes et coopératives, et, dans certains cas, il faudra les inventer pour la première fois.  

 Sans surprise, l’Archevêque de Cantorbéry souligne la contribution que les religions peuvent avoir pour aider les individus et les groupes à créer des communautés et faire de l’état une « communauté de communautés ». Son bel article se termine ainsi : « une démocratie qui aille au-delà du populisme et du culte de la majorité mais aussi au-delà d’une polarisation balkanisée sur ce qui est local, gravant dans la pierre une sorte de loterie des codes postaux ; une démocratie capable d’un vrai débat au sujet de besoins et d’espoirs partagés et d’une vraie générosité : y a-t-il des preneurs ? »

 Illustration : dessin de Steve Bell dans The Guardian, 10 juin 2011. La tribune de Rowan Williams est publiée dans http://newstatesman.com