Le Bracelet Sobriété, une alternative à la prison

Dans The Guardian du 1er août, Deborah Orr commente le lancement à Londres du « Bracelet Sobriété », comme alternative à la prison pour des personnes qui commettent des crimes sous l’empire de l’alcool.

 « Les Bracelets Sobriété (Sobriety Tags) pourraient se révéler plus efficaces que la prison pour aider les alcooliques, écrit Deborah Orr. Ils combinent châtiment et opportunité comme rarement la prison le fait ».

 

Placement d'un Bracelet Sobriété

Placement d’un Bracelet Sobriété

Le Bracelet Sobriété détecte même un soupçon d’alcool dans la transpiration du porteur, et ses résultats sont transmis deux fois par jour pour surveiller son abstinence. Le maire de Londres a annoncé une phase de test dans quatre arrondissements.

 Le Bracelet Sobriété est utilisé avec succès par certains Etats aux Etats-Unis. C’est ainsi que le comté de Wayne, dans le Michigan, l’a imposé à 975 détenus dans le cadre d’une libération anticipée. 84% n’ont plus touché à l’alcool, et seulement 2% ont bu trois fois ou plus pendant les 77 jours en moyenne pendant lesquels ils ont porté le bracelet.

 Le coût de surveillance d’une personne sous bracelet est de $8 par jour, contre $70 par journée de prison. Mais l’économie n’est pas la principale raison qui plaide en faveur du bracelet. En Angleterre et au Pays de Galles, 44% des personnes commettant un crime violent étaient sous l’empire de l’alcool au moment des faits. Elles sont en général condamnées à la prison.

 Le bracelet sobriété impose aux délinquants une période d’abstinence (jusqu’à 120 jours en Grande Bretagne) dans leur propre milieu. « Elle peut aider les gens, écrit Deborah Orr, à se rendre compte de combien l’alcool endommage d’autres aspects de leur vie. Faire une telle découverte volontairement est difficile, car la pression pour boire dans notre société est largement sous-estimée. Le simple fait d’avoir une excuse en acier pour dire « non » à un entourage familial et amical bienveillant convaincu que « un seul verre ne peut pas faire de mal » peut se révéler, dans certains cas, une expérience d’une valeur inestimable. »

 La journaliste souligne combien il est urgent de trouver des alternatives à la prison. En règle générale, les gens sortent rarement de prison mieux équipés pour devenir des citoyens utiles que lorsqu’ils sont entrés. Dans le cas britannique, la situation des prisons devient critique, en conséquence de la décision du gouvernement Cameron de réduire de 24% le coût du système pénitentiaire pendant la législature. Entre avril 2013 et mars 2014, les suicides de détenus et les agressions contre surveillants ont augmenté de plus d’un tiers.

 Le bracelet sobriété pourrait faire partie des mesures que les juges français pourraient décider dans le cadre de la nouvelle « contrainte pénale ».