Le chat, thérapeute au poil

090919_sega.1263675990.jpg

 La revue Psychologies publie dans son numéro de janvier un article d’Isabelle Taubes intitulé « le chat, un thérapeute au poil ».

L’article cite Jean-Yves Gauchet, vétérinaire toulousain et inventeur de la « ronron thérapie ». « Je suis tombé sur une étude d’Animal Voice, une association de recherche qui étudie la communication animale. Elle a repéré, statistiques à l’appui, qu’après des lésions ou des fractures, les chats ont cinq fois moins de séquelles que les chiens, et retrouvent la forme trois fois plus vite. D’où l’hypothèse d’une authentique action réparatrice du ronronnement : en émettant ce son, les chats résistent mieux aux situations dangereuses. Car s’ils « vibrent » de bonheur en s’endormant, ils le font aussi quand ils souffrent et sont plongés dans des situations de stress intense. »

L’article évoque les fameux « bars à chats » de Tokyo – il en existe sept -, où les Japonais viennent évacuer leur stress et se relaxer en compagnie de félins. Les matous jouent, vont, viennent. Les clients caressent. A l’entrée, un avertissement : « Interdiction de forcer un chat à être caressé ».

(Photo Thierry Denecker : Séga)