Le Comedy Majik Cho d’Arturo Brachetti

Le nouveau spectacle d’Arturo Brachetti, « Comedy Majik Cho », se donne actuellement au Théâtre du Gymnase à Paris. Il se présente comme un voyage dans le monde de la magie, dans lequel les artistes invités présentent leurs derniers numéros d’illusionnisme.

 Nous avions assisté, fascinés, au spectacle « Change » d’Arturo Brachetti à Londres en 2009. Il s’agissait d’un one-man-show évoquant les grands moments du cinéma américain et italien, le comédien se transformant en un clin d’œil d’un  personnage à l’autre.

131101_Brachetti

 « Comedy Majik Cho » ne possède pas l’unité de ton ni le souffle poétique qui nous avaient alors ensorcelés. Brachetti invite des illusionnistes talentueux qui présentent des numéros variés, et le fil directeur, l’initiation à la magie d’un grand dadais déguisé en lapin, ne convainc guère. L’ambiance du spectacle est celle d’un cabaret dans lequel les artistes, parmi lesquels Brachetti lui-même dans son rôle de transformiste, rivalisent d’audace et d’imagination.

 On y trouve des grands classiques du genre : les colombes qui apparaissent dans un chapeau, une cage totalement transparente dans laquelle un figurant est enfermé et disparait en un clin d’œil, les jeux de cartes distribués au public et qui affichent, après plusieurs manipulations, la même carte. Le numéro qui m’a davantage marqué est celui de Theo Dari, jouant avec des faisceaux lumineux, les prenant à pleine main, les déviant et les distordant. La tenue de scène de l’illusionniste évoque Superman : une jolie allégorie de la prétention des hommes à dominer les forces de la nature, et à assujettir même les plus immatérielles, l’énergie et la lumière.