Le Maroc contemporain

L’Institut du Monde Arabe (IMA) propose jusqu’au 25 janvier 2015 une exposition intitulée « Le Maroc contemporain ».

L’exposition présente 80 artistes travaillant dans des disciplines variées : peinture, installations, danse, vidéo, etc. Son objectif est de donner à voir le bouillonnement créatif de l’autre côté de la Méditerranée. Le Maroc revendique ses racines arabes, berbères, hébraïques et occidentales. Ses artistes, inventifs et audacieux, s’appuient sur ce socle multiculturel.

Sur le parvis de l'IMA

Sur le parvis de l’IMA

Sur le parvis de l’IMA, une gigantesque tente bédouine abrite un restaurant et des artisans. Dans l’enceinte de l’exposition, chacun se laisse guider selon ses propres inclinations.

 J’ai aimé les tableaux d’Abdelkébir Rabi’, qui rappellent l’outrenoir de Soulages mais y apporte une touche de couleur vive.

 Dans la salle consacrée à l’esprit soufi, Younès Rahmsem a installé une tente pyramidale. Les visiteurs y pénètrent déchaussés. Au plafond, des fleurs lumineuses d’éclairent en intermittence. Une musique de tonalité grave évoque la spiritualité derviche.

 Dans une interview vidéo, le dessinateur de bandes dessinées Mohamed Aredjal évoque son parcours personnel, qui est passé par une tentative avortée d’émigration en Europe via les Canaries.

 Monir Fatmi présente un « casse-tête pour musulman modéré ». Il s’agit d’un rubixcube dont les côtés sont noirs, à l’image de la Kaaba de La Mecque, à l’exception d’un liseré blanc que peine à trouver sa continuité.

 Sous la direction du jeune artiste belge Éric van Hove, une quarantaine d’artisans de Marrakech ont assemblé un moteur Mercedes V12, avec 465 pièces usinées à partir de bois, de cuivre ou de corne. L’édition spéciale du magazine Le Point consacrée à l’exposition souligne que van Hove « réussit ainsi la rencontre insolite entre l’ingénierie mécanique la plus perfectionnée et l’un des artisanats les plus raffinés au monde. ».

 La situation des femmes au Maroc fait l’objet de plusieurs œuvres. Dans une vidéo de 2mn45, Nadia Bensallam observe les réactions des badauds lorsqu’ils voient déambuler dans une rue de Marrakech une jeune femme vêtue de la burka intégrale, mais seulement du haut jusqu’aux genoux.

Dans un montage vidéo, Leila Alaoui évoque le drame des hommes et femmes subsahariens vivant à Tanger dans l’attente de l’exil.

 La culture marocaine est souvent réduite à ses expressions traditionnelles répétitives. L’exposition « Le Maroc contemporain » nous fait percevoir son actualité et sa vitalité.

Tabelau d'Abdelkébir Rabi'

Tabelau d’Abdelkébir Rabi’