Le rebond de l’industrie automobile britannique

 

Usine Jaguar à Birmingham. Photo The Guardian.

Alors que les difficultés de PSA font la une de l’actualité en France, l’industrie automobile britannique connait une croissance impressionnante.

 L’ancien président Sarkozy aimait affirmer que la Grande Bretagne n’avait plus d’industrie. Ce qui se passe dans le secteur automobile semble lui donner tort. Il est vrai que le pays ne produisait plus que 1,3 million de véhicules par an en 2001, après un maximum de 2 millions en 1977. Mais il est à peu près certain que le cap des 2 millions sera dépassé en 2015. La tendance est positive : la production était de 11,8% plus élevée sur les 4 premiers mois de 2012 que sur la même période l’an dernier.

 Il est vrai que la Grande Bretagne n’a plus d’industrie automobile nationale, au sens de la propriété du capital : Jaguar Land Rover appartient à l’Indien Tata, Mini à l’Allemand BMW, Vauxhall à l’Américain General Motors. Pourtant, nous assistons à une succession d’annonces d’investissements dans ce secteur. BMW a décidé de produire à Birmingham ses voitures de sport hybrides i8. Jaguar Land Rover a créé à Wolverhampton une usine de production de moteurs avec 750 emplois et ouvre des emplois dans ses usines de Solihull et Halwood près de Liverpool. General Motors a annoncé la continuité de son site d’Ellesmere Port, préservant 2.100 emplois et en créant 700 nouveaux. Nissan et Honda renforcent leur présence.

 Les ingrédients de ce succès sont la politique industrielle, la spécialisation sur le haut de gamme et la qualité des relations sociales.

 Le Gouvernement de Gordon Brown et maintenant la coalition des Conservateurs et des Libéraux Démocrates ont proclamé leur intention de réindustrialiser le pays et n’ont pas hésité à y mettre les moyens, comme la levée de fonds profitant du triple A de l’Etat britannique. Le faible cours du sterling les a aidés dans ce projet.

 L’industrie automobile britannique s’est spécialisée sur des modèles qui font l’envie des élites de pays tels que la Chine. Une Jaguar, une Range Rover, une Mini se vendent bien à la grande exportation. L’industrie nationale s’est aussi spécialisée sur les segments d’avenir, tels que l’électrique. La cotation des titres des compagnies peut se faire à New York, New Delhi ou Francfort ; les bureaux d’étude sont notamment à Birmingham parce qu’est là que se trouvent les ingénieurs les plus performants.

 Enfin, les relations sociales sont probablement plus imaginatives et moins bloquées qu’ailleurs. Les dirigeants de Jaguar Land Rover considèrent qu’il est logique d’investir dans l’entreprise maintenant que les choses vont bien, alors que pendant la crise financière de 2008, les travailleurs avaient accepté 70 millions de sterlings de sacrifices pour soutenir l’entreprise dans une conjoncture défavorable.  Dans Le Monde du 20 juillet, Eric Albert indique que « General Motors a annoncé, en mai, un investissement de 150 millions d’euros dans son usine Vauxhall après un accord voté à 94% par les 2.200 salariés. Celui-ci prévoit le gel des salaires pendant deux ans, suivi d’une hausse pendant les deux années suivantes légèrement supérieure à l’inflation. A cela s’ajoute la mise en place d’une « banque d’horaires » ; pendant les périodes creuses, les salariés ne travailleront pas et seront payés normalement ; en échange, pendant les pics, leurs heures supplémentaires ne seront pas payées, dans la limite du nombre d’heures qu’ils avaient en réserve. »

 Contrairement aux idées reçues, il reste une industrie automobile en Grande Bretagne, et elle est en plein expansion. Le ministère français du Redressement Productif pourrait y trouver des références utiles.