Le Refuge

100813_le_refuge.1281774486.jpg

Le film « Le Refuge » de François Ozon vient de sortir à Londres. La performance d’actrice d’Isabelle Carré dans le rôle de Mousse est magnifique.

Les premières scènes du film sont à peine soutenables. Dans un appartement bourgeois vide de Paris, un couple de trentenaires, Louis et Mousse, s’injectent par le bras et par le cou leur dose d’héroïne. C’est l’overdose. A l’hôpital, le médecin révèle à Mousse que Louis a succombé, et qu’elle est enceinte.

La mère de Louis fait pression sur Mousse pour qu’elle avorte. Cette intrusion est sans doute suffisante pour qu’elle décide de garder l’enfant, dont elle dit qu’il est Louis continuant à vivre à l’intérieur d’elle-même. Mousse cherche refuge dans une maison prêtée par un ex sur la Côte Basque. Elle y est rejointe par Paul, le frère de Louis. Comme Mousse, Paul doit faire le deuil de Louis. Comme elle, il est à la dérive, à la recherche de son identité, enfant adopté incertain de sa relation avec son frère et ses parents, homosexuel avide de paternité. D’abord hostile, Mousse découvre peu à peu en Paul un partenaire qui lui permettra peu à peu de se reconstruire, celui qui accueillera l’enfant.

Isabelle Carré était enceinte de six mois au moment du tournage sur la Côte Basque. Le film est une magnifique méditation visuelle sur la grossesse. La scène où Mousse, dans son bain, caresse son ventre émergeant de la surface, celle où elle demande à Paul de l’enduire de crème solaire, sont d’une grande beauté.

La grossesse de Mousse est emprunte d’ambigüité. Elle n’est pas désirée. L’enfant attendu aura dès le départ une lourde histoire : orphelin de père, une mère vivant sous méthadone, un père adoptif homosexuel. Le film pourtant n’est pas noir : il faudra du temps pour que les adolescents que sont restés Mousse et Paul deviennent adultes, et on sent bien que la petite Louise à son tour saura trouver son chemin.

Comme dans La Femme Défendue de Philippe Harel (1996) et  Se Souvenir des Belles Choses de Zabou Breitman (2001), Isabelle Carré est fascinante. Elle met ses plus intimes sentiments à nu, et la caméra explore sans retenue son visage et son corps. Pourtant, on ne ressent aucune impudicité, seulement une profonde vérité humaine. Par moment, elle est cassante et fermée comme une huitre ; dans son désarroi d’écorchée vive, elle diffuse pourtant de la douceur.

Le partenaire d’Isabelle Carré est, dans le rôle de Paul, le chanteur Louis Ronan Choisy, excellent lui aussi. Il a composé pour le film une chanson, qu’il interprète en duo avec Isabelle.

Photo du film  Le Refuge : Isabelle Carré et Louis Ronan Choisy.