L’école primaire vue d’Angleterre

 

The Guardian du 8 septembre publie un réquisitoire d’Emily Barr sur le système scolaire français.

Emily et son mari ont vécu cinq ans en France, dans un village au bord de la mer avec un spot de surf. « Beaucoup de nos amis à Brighton étaient enlisés et paniqués dans la recherche de la meilleure école pour leurs enfants, alors que tout le monde savait que le système d’éducation français était parmi les meilleurs du monde. Il était académiquement rigoureux, sérieux, séculier, laïque. Il est possible que nous ayons été un tantinet présomptueux. Cinq ans plus tard, nous sommes revenus au Royaume Uni, anxieux de faire entrer nos enfants dans une bonne école primaire, de les envoyer quelque part sans l’esprit « réussissez ou vous êtes de la merde. » A ce moment-là, je voulais seulement que mon fils Gabe aille dans une école où quelqu’un remarquerait si les enfants sont heureux ou non et s’en soucierait. »

Les ennuis de Gabe ont commencé à l’école primaire, alors que la maternelle n’a pas d’égale au monde. « L’école en France n’a pas de réunions, pas de théâtre, pas de musique, pas de clubs. Il y a un divertissement de Noël vaguement improvisé. Les enfants traversent le système et en émergent avec un corpus de savoir, et tout le reste est laissé aux parents. » Il y a une grande différence entre les enseignants formés au Royaume Uni ou aux Etats Unis et en France. Les premiers s’engagent dans la relation avec la classe, enseignent de manière créative, encouragent la discussion et évaluent de manière positive ; les seconds (à quelques exceptions près) ont tendance à faire un cours au lieu d’enseigner et à évaluer avec une dureté et une négativité terrifiantes ».

Emmy reconnait les défauts du système scolaire britannique. La bousculade pour inscrire ses enfants dans les meilleures écoles ferait horreur à un observateur français. Le système anglais instille une mentalité du « les autres et nous » qui va dans le sens du système de classes si prégnant dans le pays. Il reste que sa critique du système français, qu’elle a vécu de l’intérieur, est largement pertinente : l’école en France est une machine à fabriquer du succès et fabriquer de l’échec. Elle sélectionne les élites et laisse de nombreux laissés pour compte, écœurés et doutant d’eux-mêmes.

Photo du film « Etre et avoir » de Nicolas Philibert (2002), une parabole de la chance que, parfois, l’école primaire laïque peut offrir aux enfants.