Les Petits Mouchoirs

110227_petits_mouchoirs1.1298799774.jpg

Les Petits Mouchoirs, film de Guillaume Canet, a connu un grand succès d’audience, mais son accueil par la critique a été contrasté.

Chaque année, Max et son épouse Véro invitent dans leur maison du Cap Ferret un groupe d’amis pour quelques semaines de vacances. Quelques jours avant le départ, l’un d’entre eux, Ludo, est victime d’un grave accident de moto et gît à l’hôpital pratiquement inconscient dans une unité de sons intensifs. Les amis décident de partir malgré tout.

Max (François Cluzet) est le plus âgé de la bande, celui qui a réussi, celui qui possède un hors-bord et qui règle les additions. C’est aussi un angoissé, un tyran qui se fait tout petit quand sa femme lui tient tête. Vincent (Benoît Magimel), kinésithérapeute marié et père d’un petit garçon, se découvre homosexuel, amoureux de Max que cette révélation exaspère au-delà de toute mesure. Antoine et Eric viennent tous deux d’être plaqués par leur compagne et amènent dans le groupe leur obsession et leur souffrance. Et puis il y a Marie (Marion Cotillard), cinéaste amoureuse de l’Amazonie, qui a vécu autrefois avec Ludo une relation longue et tumultueuse et qui d’amante en amant cherche encore la vraie vie.

Les critiques s’accordent à reconnaître une parenté entre « Les Petits Mouchoirs » (2010) et « Vincent, François, Paul et les autres » de Claude Sautet (1974). Tous deux captent l’esprit d’une génération. Mais certains regrettent la longueur du film et ce qu’ils qualifient de vacuité. Un bon exemple est Thomas Ferenczi dans Télérama : « l’étanchéité du groupe au monde réel est symbolisée par une image fugitive, et ici incongrue : Marion Cotillard dépliant maladroitement Le Monde. C’est vrai, pourquoi un journal, un livre, pourquoi une conversation intéressante en vacances, alors qu’il y a la bouffe et le ski nautique ? On ignore si Les Petits Mouchoirs est un film générationnel. Si c’est le cas, on est – pour une fois – heureux de ne plus faire partie de cette génération-là… »

J’ai aimé Les Petits Mouchoirs. Les personnages sont tous fragiles, et fragilisés encore plus par l’accident de Ludo, qui se trouve entre la vie et la mort. Ils s’agrippent les uns aux autres, comme dans la dernière scène où ils font face au trou dans lequel Ludo est inhumé. Ils se haïssent par moment, ils se déchirent, mais ils doivent se pardonner à la fin parce que la roue de la vie et de la mort est inexorable. Il est vrai que les personnages sont superficiels, emportés par la vie comme des fétus de paille. Mais leur souffrance lorsque les vagues de la vie les écrasent et les font suffoquer, leur volonté de s’en sortir envers et contre tout, leur simple instinct de survie, tout cela les grandit.

Jean-Louis, l’ostréiculteur ami de Max, sous le coup de la nouvelle du décès de Ludo, reproche à ses amis de se mentir entre eux et à eux-mêmes. Ils ont mis des petits mouchoirs sur des réalités qu’ils ne veulent pas voir. Deux personnages, au moins, sont lucides. Lorsque, face au groupe, Max traite Vincent de pédé, celui-ci affronte la situation et parle à son petit garçon. Lorsque l’amant de Marie, un chanteur, séduit le groupe d’amis, celle-ci comprend qu’il n’est pas l’homme de sa vie et a le courage de rompre. Le jeu d’acteurs de Marion Cotillard et Benoît Magimel est remarquable.

Photo du film « Les Petits Mouchoirs » de Guillaume Canet : Marion Cotillard et François Cluzet.