L’étrange vidéo de Shalit

Toutes les chaînes de télévision ont montré hier les images de la vidéo montrant le soldat israélien Gilad Shalit détenu depuis le 25 janvier 2006 par le Hamas arborant un journal et lisant un texte dans lequel il décline son identité et se dit « médicalement en bonne santé ». A plus d’un titre cette vidéo est intrigante et difficile à décrypter.

La vidéo montrant Shalit résulte d’un échange, négocié par l’Egypte et l’Allemagne, avec dix neuf prisonnières palestiniennes. Il est facile d’imaginer le bénéfice de l’opération pour Hamas, qui l’avait déjà proposée en janvier 2007 en mettant sur la table la libération de toutes les femmes et de tous les enfants palestiniens détenus par Israël. Hamas expose sa force, parle au nom du peuple palestinien tout entier et se pose en interlocuteur incontournable de son ennemi. L’explosion de joie des dix-neuf familles réunies s’inscrit directement à son actif.

Ce qui est intrigant, c’est le jeu israélien dans cette affaire. En première analyse, Israël avait tout à perdre dans cette négociation. Elle remet au premier plan la bande de Gaza alors que le rapport Goldstone dénonce pour l’ONU les crimes de guerre qui y ont été commis pendant l’hiver 2008 – 2009 ; elle rappelle cruellement l’inutilité des opérations militaires engagées le 28 juin 2006 pour récupérer Shalit et qui s’étaient traduites par 277 Palestiniens et 5 soldats israéliens tués;  elle met à mal le fameux principe « on ne négocie pas avec les terroristes » ; elle accroît encore la valeur de rédemption de l’otage Shalit et complique davantage sa libération.

Il est certain que la vidéo montrant Shalit aura été disséquée jusqu’au dernier pixel par les services israéliens. Mais elle date déjà de quelques jours, et Hamas aura eu tout le temps de brouiller les pistes. La vraie question est pourquoi le Gouvernement d’Israël lui a donné une telle publicité. Une partie de la réponse tient aux médias et à l’opinion publique : le retour de Shalit tient dans le cœur des Israéliens une place semblable à celui des otages au Liban ou d’Ingrid Betancourt dans celui des Français. Avancer, même peu, dans le sens de la libération de Shalit, est immensément populaire.

Mais il y a peut-être une autre raison, plus fondamentale. Les Etats-Unis viennent de redécouvrir que dans un conflit, rien ne sert de parler avec soi-même, et qu’à un moment ou à un autre, il faut s’asseoir à la même table que les « terroristes ». En Algérie, la France a fini par chercher un règlement avec le FLN ; L’élite blanche d’Afrique du Sud a fini par négocier avec Mandela et l’ANC ; la Grande Bretagne a fini par faire une place aux militants de l’IRA dans les institutions d’Irlande du Nord.

Le Gouvernement Netanyahou abhorre la perspective de parler avec ses ennemis. Avec l’échange de la vidéo de Shalit contre des prisonnières, il semble moins loin de s’y résoudre.