Lire les Emeutes

Le quotidien « The Guardian » s’est associé avec la London School of Economics pour réaliser une ambitieuse étude sur les émeutes qui ont secoué la Grande Bretagne en août 2011. Intitulée « Reading the Riots » (lire les émeutes), l’étude a donné à lieu à une série d’articles et de tribunes sur les causes d’une agitation que le gouvernement britannique a largement imputée à des gangs de délinquants.

 Dans une première phase, les chercheurs ont interrogé 270 personnes impliquées dans les émeutes et travaillé la base de données de 2.5 millions de « tweets » échangés pendant la crise.  Ils vont maintenant s’intéresser à l’impact des événements sur les communautés affectées, les forces de l’ordre et le système judiciaire.

 Comme souvent, l’archevêque de Cantorbéry Rowan Williams a proposé une réflexion de fond. « Les rapports du Guardian Reading the Riots m’ont laissé avec une immense sensation de tristesse. Trop de ces jeunes estiment qu’ils ne peuvent pas avoir une relation ordinaire, humaine, respectueuse avec les adultes, – spécialement ceux qui sont en position d’autorité, la police par-dessus tout(…) Ce ne sont pas des gens qui se complaisent dans une culture de l’appropriation, et ce ne sont pas non plus, en général, des criminels convaincus. Ce ne sont pas non plus des héros de la protestation démocratique, la réponse de la Grande Bretagne à la Place Tahrir. Ce sont des gens qui ont un désir vague mais fort de ce qui ressemble à un emploi stable et n’ont aucune idée d’où le chercher ; qui globalement veulent vivre dans un climat où ils sont traités sérieusement comme travailleurs, comme citoyens, et comme des personnes avec des besoins ; et qui se sont habitués à être repoussés sur les marges.

 C’est pourquoi il y a un programme politique au sens le plus large : comment organiser notre vie ensemble en société ? Mais parce que beaucoup de ces gens sont endommagés – par leur histoire familiale, par une éducation dans des conditions presque impossible, par ce qui est ressenti comme une constante suspicion et discrimination – leur manière de relâcher la tension est destructrice et chaotique(…)

 La grande question que nous laisse Reading the Riots est si, dans notre société maussade, avec une inévitable austérité devant nous, nous avons l’énergie d’investir ce qu’il faut dans la famille, le voisinage et l’école pour venir en aide à ceux qui pensent qu’ils n’ont rien à perdre. Nous devons les convaincre, simplement, que nous, à la fois en tant que gouvernement et que société civile, nous mettrons de l’intelligence et des compétences pour leur donner la chance qu’ils n’ont pas. Sans cela, nous ferons face à d’autres éclats d’anarchie futile, dans lesquelles nous serons tous perdants. »

 Photo « The Guardian ».