Manchester by the sea

« Manchester by the sea », film de Kenneth Lonergan, plonge le spectateur dans la peau d’un personnage écrasé par le sentiment de culpabilité.

Lee Chandler (Casey Affleck) vit une vie minuscule comme concierge homme-à-tout faire dans un groupe d’immeubles à Boston. Il habite une chambre minuscule, parle le moins possible, s’efforce de passer inaperçu. Parfois pourtant il se rebiffe face à une résidente désagréable, parfois il cherche la bagarre dans un bar parce qu’on l’a mal regardé. Que cache cet homme sombre à la sensibilité à fleur de peau ?

Il y a quelques années, ses deux fillettes sont mortes dans l’incendie de sa maison, à Manchester on the Sea, à une cinquantaine de kilomètres de Boston. L’incendie a été provoqué par son imprudence un soir d’ébriété. Sa femme Randi (Michelle Williams) lui en veut à mort. L’hostilité de ses voisins l’a poussé à quitter Manchester et à se faire oublier dans la grande ville.

MBTS_0418.CR2

La mort soudaine de son frère Joe (Kyle Chandler) le ramène malgré lui à Manchester. Non seulement il lui faut organiser les obsèques, mais il découvre que son frère lui a confié par testament la tutelle de son fils Patrick (Lucas Hedges), un adolescent de seize ans. Lee est dans un tel état de paralysie mentale qu’il ne peut s’occuper d’un autre que lui-même ; mais ne pas prendre en charge Patrick serait trahir son frère défunt.

Lee va donc cohabiter avec Patrick le temps de trouver une alternative qui permette au garçon de rester à Manchester où il a ses copains (et copines) et le bateau de son père, et à l’oncle de retrouver sa vie anonyme. Pendant quelques semaines, Lee est obligé de se décentrer, de vivre au rythme d’un autre que lui.

Dans une rue de Manchester, Lee croise Randi. La rencontre est bouleversante. Randi supplie son ancien mari de lui pardonner les mots atroces qu’elle a proférés contre lui, elle l’implore de lui accorder un déjeuner, elle lui dit combien elle l’aime. Mais Lee ne peut renverser le cours du temps. Il ne peut revenir à l’époque où il pêchait avec Joe et Patrick ; il ne peut s’abstraire du drame auquel ont succombé ses fillettes.

Il reste captif d’un étau de culpabilité. Il ne rêve que d’une chose : s’enfermer de nouveau à double tour dans un anonymat qui le protègera, superficiellement, d’un passé insoutenable.

Casey Affleck est remarquable dans le rôle d’un homme emmuré dans la honte, obligé par les circonstances de renouer avec une ville chargée de souvenirs insupportables.

MBTS_2354.CR2