Mondrian / De Stijl

110121_mondrian_1937.1295692329.jpg

L’exposition Mondrian / De Stijl au Centre Pompidou permet de mieux comprendre un moment clé de l’histoire de l’art : le passage à l’abstraction, dans les premières décennies du vingtième siècle.

L’ascension au sixième étage du Centre Pompidou par les escalators sous un tunnel vitré est en soi une expérience inoubliable. Peu à peu se révèle l’ouest de Paris jusqu’au quartier de La Défense. Arrivés au sommet, le panorama s’élargit vers le sud, avec Notre Dame et le Panthéon tout proches.

Le mouvement De Stijl fut créé en 1917 aux Pays Bas par le peintre, architecte et critique d’art Theo Van Doesburg. Il se fondait sur un courant intellectuel et spirituel, la « théosophie » : l’ordre cosmique est basé sur des principes géométriques qui trouvent leur expression dans toutes les cultures. Die Stijl avait l’ambition de transposer l’expérience spirituelle de l’harmonie avec le cosmos dans le monde industriel. Le mouvement était par essence interdisciplinaire, avec un point d’application privilégié dans l’architecture d’intérieur. Sur le plan esthétique, il s’éloignait du figuratif pour se concentrer sur des lignes horizontales et verticales et les couleurs fondamentales, rouge, bleu et jaune. On comprend que le vitrail ait constitué un moyen d’expression naturel, avec sa surface plane, sa structure et ses couleurs. Les vitraux de Theo Van Doesburg et Vilmos Huszár présentés dans le cadre de l’exposition sont éblouissants.

Piet Mondrian (1872 – 1944) est le représentant le plus illustre de De Stijl. Ses premières toiles représentent des sous-bois et on les devine animés par les sentiments naturalistes des artistes de l’Art Nouveau. Peu à peu, en particulier sous l’influence du cubisme, la forme s’affranchit de la figuration. A partir des années vingt, Mondrian invente son propre style. Comme l’écrit le catalogue de l’exposition, « les compositions sont réduites à un arrangement d’éléments invariants et universels : les couleurs primaires (rouge, bleu et jaune) sont opposées aux « non-couleurs » (noir, gris et blanc), cependant que les lignes horizontales sont opposées aux verticales. L’objet est de pousser chaque tension à son intensité maximale, en défiant les conceptions traditionnelles de l’harmonie et de la symétrie, en exploitant plutôt la dissonance et la spatialité pour transformer le paysage clos et inerte de la peinture en un champ de forces magnétiques. »

Illustration : Piet Mondrian, composition en rouge, bleu et blanc II, 1932