Nelson Mandela, 20 ans

100211_nelson-mandela-free.1265923793.jpg

Il y a vingt ans, le 11 février 1990, Nelson Mandela sortait de la prison Victor Verster après 27 ans de captivité. Dans le quotidien britannique The Guardian, Justice Malala, de Johannesburg, évoque cet événement.

Justice avait 19 ans lorsque l’ANC fut légalisée. La foule noire chantait et pleurait. « Il y avait toutefois quelque chose d’anormal. La foule était suivie par des véhicules de police, mais il n’y avait pas de gaz lacrymogènes ni de coups de feu en l’air. La police se contentait d’escorter la foule, elle ne tirait pas de grenades lacrymogènes sur les gens comme moi et tant d’autres nous y étions habitués. Ceux qui portaient un uniforme semblaient aussi tétanisés (shell-shocked) que les manifestants ».

Quelques jours plus tard, Mandela était libéré. « Quand Mandela émergea finalement de la prison tenant sa femme Winnie Mandela par la main, il y eut des pleurs et des youyous. Nous ne pouvions bouger. Nous ne pouvions que pleurer. En l’espace de quelques minutes, les gens sortaient de leurs maisons, criant et hurlant et chantant. C’était fou. Dans tous les townships, une jubilation sans précédent se répandit. Je n’avais jamais entendu tant de gens chanter, vu tant de pleurs et de joie en même temps ».

Justice rappelle l’œuvre de Mandela pour la vérité et la réconciliation. Il souligne pourtant que « l’Afrique du Sud que nous a léguée Mandela n’est pas toujours un endroit où il fait bon vivre. Le magazine Lancet, dans une étude publiée l’an dernier, disait que depuis 1994 l’espérance de vie en Afrique du Sud a diminué de près de 20 ans. Le taux d’homicide est cinq fois la moyenne globale. Le taux d’homicide féminin est six fois la moyenne globale. On estime qu’une femme est tuée par son partenaire toutes les six heures en Afrique du Sud. Pire, l’Afrique du Sud est l’un des 12 pays seulement où la mortalité infantile a augmenté depuis 1990, l’année de la libération de Mandela. Chaque année, 23.000 enfants sont morts nés, et presque 75.000 enfants meurent en Afrique du Sud, dont près d’un tiers dans leurs premières quatre semaines de vie. »

« Mandela n’a pas voulu cela pour nous », disent les gens en parlant des frasques de l’actuel président Zuma. « L’ignominie de Zuma nous rappellera (en ce jour de vingtième anniversaire) que la nouvelle Afrique du Sud n’est pas tout ce que nous voulions qu’elle soit en ce jour lointain de 1990. Mais nous danserons et nous verserons peut-être une larme et nous célébrerons encore la vie de Mandela. Je sais, nous savons, que le l’endroit où nous étions quand en 1990 Mandela marcha hors de sa prison était infiniment pire que celui-ci : seulement une précieuse jeune démocratie comme les autres. »

(Photo : libération de Nelson Mandela)