Photos volées

 

Emma Watson

Dans The Guardian du 22 septembre, Kira Cochrane écrit : « la bagarre sur les images seins nus de la Duchesse de Cambridge continue. Mais Kate n’est pas seule. Partout des jeunes femmes, célèbres ou non, deviennent de plus en plus victimes de notre culture paparazzi »

Emma Watson, Hermione dans Harry Potter, raconte que le jour de ses 18 ans elle se rendit compte qu’elle était devenue gibier de foire… un photographe se coucha sur le sol pour prendre un instantané de son chemisier vers le haut. La nuit pendant laquelle il était devenu légal de le faire, ils le firent. « Je me réveillai le lendemain et me sentis complètement violée. »

Kira Cochrane évoque de multiples situations dans lesquelles des images sont volées à des jeunes femmes. Le harcèlement de célébrités par des paparazzi est un phénomène connu. Il a été largement exposé à la commission Leveson, qui enquête sur les écoutes téléphoniques par News of the World. La journaliste parle de sites internet dans lesquels sont postées des photos de femmes anonymes attendant des trains, faisant leurs courses, sur des escalators, avec naturellement des gros plans sur leur poitrine ou leurs fesses. Elle évoque aussi le cas de photos intimes postées par des petits amis délaissés et animés d’un esprit de vengeance. La propagation de ces photos, accompagnées d’une identification de la victime, peut devenir virale. Des années après leur diffusion, elles peuvent rendre difficile la recherche d’un emploi ou compromettre l’issue d’un procès pour la garde des enfants à la suite d’un divorce.

Ces situations différentes ont un point commun. Les photos n’ont pas été tirées, ou du moins diffusées, avec le consentement des femmes. Elles ont été volées, et les femmes se sont senties violées.

Une précision : la photo d’Emma Watson publiée par « transhumances » est tirée de son site officiel www.emmawatson.com !