Quand on a 17 ans

Arte TV a récemment diffusé « quand on a 17 ans », film d’André Téchiné (2016), dont le scénario a été coécrit avec Céline Sciamma.

 Tout semble opposer Damien Delisle (Kacey Mottet Klein) et Thomas Charpoul (Corentin Fila), élèves dans la même classe de terminale de Luchon.

 Le premier vit une existence privilégiée en ville à deux pas du lycée, auprès de sa mère Marianne (Sandrine Kiberlain), médecin, et de son père Nathan (Alexis Loret) pilote d’hélicoptère dans l’armée, qui reste en contact par Skype lorsqu’il est sur un terrain d’opérations.

Tom habite avec ses parents adoptifs une ferme isolée dans la montagne. Il participe aux travaux de l’élevage. Le trajet, matin et soir, pour rejoindre le lycée, est épuisant.

 Ce n’est pourtant pas une hostilité de classes sociales qui dresse les deux garçons l’un contre l’autre dans un affrontement qui dégénère parfois en bagarre à poings nus. Ce qui se passe entre eux est au-delà des mots. Damien est le premier à s’apercevoir qu’il aime les garçons, et qu’il est attiré par le corps de Tom. Ce dernier, quant à lui, résiste et redouble de violence à l’égard de son compagnon de classe lorsque celui-ci s’approche pour l’embrasser.

 « Je t’écoute », dit simplement Marianne à son fils. Marianne est une femme aimante et solaire. Elle ne juge pas. Elle a sur Damien comme sur Tom une autorité naturelle, qui découle de sa bienveillance.

 André Téchiné dit que son film parle de « deux adolescents qui découvrent et vont repérer leurs désirs au cours des trois trimestres composant une année scolaire ». La beauté de son film, tout en délicatesse, tient beaucoup à la performance des acteurs, adultes comme adolescents.