Quatorze Juillet

La polémique suscitée par la proposition d’Eva Joly de remplacer le défilé militaire du quatorze juillet par un défilé citoyen souligne le caractère émotionnel de la fête nationale en France.

 Je trouve stimulante la proposition d’Eva Joly et déplacées les réactions de ceux qui fustigent l’origine norvégienne de la candidate écologiste à la présidentielle. Un défilé citoyen mettrait en scène les forces vives de la société civile, romprait la dichotomie entre acteurs en uniforme et spectateurs et serait plus cohérent avec l’événement fondateur de la République, la prise de la Bastille par le peuple de Paris.

 Toutefois, il faut bien reconnaître qu’un défilé citoyen unique ferait double emploi avec les rassemblements citoyens multiples qui, partout en France, marquent la fête nationale par des dîners champêtres, des bals musette et des feux d’artifice. Je ne connais pas de pays européens où la fête nationale est célébrée par tant de citoyens, en tant de lieux et avec tant de cœur.

 Le défilé militaire porte, lui aussi, le souvenir vivant de la Révolution Française et de la défense de la patrie en danger. Il nous rappelle que, comme nation, nous avons décidé d’intervenir en Côte d’Ivoire, en Lybie ou en Afghanistan et que des hommes risquent leur vie pour cela. Il donne de la France une image multicolore de perfection humaine et technologique à laquelle nous aimerions tant que ressemble la réalité de notre pays.

 Photo « transhumances » : feu d’artifice à Carcans (Gironde), le 14 juillet 2011