Réception à Westminster

100527_ouverture_parlement.1274977910.jpg

Etre invité dans les salons du Parlement britannique quelques semaines après l’élection constitue une expérience intéressante.

Il est fréquent que des entreprises ou des associations, parrainées par des Membres du Parlement ou des Lords, organisent des cocktails dans les salons de la House of Parliament et leurs balcons surplombant la Tamise. Je participe régulièrement à la réception de printemps de l’association des exportateurs britanniques, Bexa.  Nous sponsorisons cet événement et y invitons des clients.

Voyant que je suis arrivé à  l’avance, un policier en faction m’invite à me rendre la galerie des visiteurs de la Chambre des Communes. Les mesures de sécurité sont sévères et une vitre nous sépare des quelques députés qui, dans la salle des séances, débattent de l’engagement britannique en Afghanistan. La disposition de la salle des séances est clairement antagonique : Majorité et Opposition se font face au lieu d’être disposées en hémicycle. Une vaste table les sépare, sur laquelle est disposé un sceptre. Deux personnages en perruque siègent à l’extrémité de la table ; derrière eux, le Speaker, ou président du Parlement. Aujourd’hui, l’ambiance est polie : le nouveau secrétaire d’Etat à la Défense rend hommage au travail de son prédécesseur, assis en face de lui. D’ici peu de temps, d’autres débats donneront lieu à des vociférations soigneusement codifiées.

Bexa avait invité à son cocktail le ministre du commerce extérieur du « shadow cabinet » conservateur, Geoffrey Clifton-Brown. Malheureusement pour ce dernier, le poste est finalement revenu à un libéral démocrate, Ed Davey. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Geoffrey vante les mérites de la coalition et présente chaleureusement son heureux rival. Au fair-play britannique s’ajoute l’humour décapant du président de Bexa, Sir Richard Needham. Les exportateurs présents au cocktail sont plutôt optimistes : si nous avons résisté à la crise de 2008 et 2009, la gueule de bois européenne ne nous fait pas peur.

(Photo The Guardian : ouverture de la session du Parlement par la Reine).