Referendum sur le mode de scrutin en Grande Bretagne

110418_av.1303117763.jpg

Les Britanniques sont appelés le 5 mai à un referendum sur le mode de scrutin.

Bien que le referendum soit une rareté en Grande Bretagne, celui qui est convoqué pour le 5 mai n’a pas jusqu’à présent suscité l’enthousiasme. Le séisme au Japon et la guerre en Libye lui ont volé la vedette ; et le sujet lui-même est difficile à comprendre.

Le referendum est l’un des points du programme du gouvernement de coalition entre Conservateurs et Libéraux Démocrates sorti des urnes il y a un an. Les Libéraux Démocrates sont favorables au scrutin proportionnel, qui leur donnerait au Parlement une représentation bien plus forte. Comme première étape, ou comme moindre mal, ils proposent une reforme limitée du mode de scrutin actuel qui, selon une allégorie hippique, désigne comme vainqueur le premier qui passe le poteau.

Actuellement, les électeurs votent par circonscription en un tour de scrutin. Un député peut être élu avec 25% ou 30% des voix, dès lors que son poursuivant immédiat recueille moins de voix. Si le referendum sur l’Alternative Vote (AV) est adopté, les électeurs classeront les candidats par ordre de préférence. Si un candidat obtient plus de 50% des votes exprimés, il est élu. Si ce n’est pas le cas, le candidat arrivé en dernière position est éliminé, et les seconds choix attachés aux votes qu’il a recueillis sont ajoutés aux voix des autres candidats. Cette opération continue jusqu’à ce qu’un des candidats dépasse le seuil de 50% des voix.

On estime qu’à l’élection de 2010, environ 45 sièges auraient échappé à leur actuel titulaire, dont une bonne trentaine au profit des Libéraux Démocrates. Les grands perdants auraient été les Conservateurs, qui auraient perdu plus d’une vingtaine de sièges au profit des Libéraux Démocrates ou des Travaillistes.

Il faut bien reconnaître que, à l’échelle des 650 circonscriptions, un tel déplacement serait mineur et qu’il ne renforcerait que marginalement la position des Libéraux Démocrates. Ceux-ci estiment toutefois que le comportement des électeurs changerait. Dans la dialectique choisir / éliminer, le mode de scrutin actuel privilégie le second terme ; l’AV devrait inciter les électeurs à choisir plus qu’à éliminer. A terme, les Libéraux Démocrates y gagneraient. On peut même penser que d’autres mouvements, comme les Verts, représentés aujourd’hui par une seule députée, pourraient augmenter leur représentation. En revanche, le British National Party, homologue du Front National français, est hostile à la réforme, qui favoriserait des formations plus modérées. Le Parti Travailliste quant à lui est divisé sur le sujet : son leader, Ed Milliband, est favorable à la réforme alors que de nombreux députés de son parti s’y opposent.

L’AV est un sujet complexe. Beaucoup d’électeurs s’abstiendront. Certains voteront « oui » pour punir Cameron (Conservateur) de sa politique d’austérité, d’autres « non » pour punir Clegg (Liberal Democrate) de son alliance avec les Conservateurs. Pour ces raisons, l’issue du scrutin est incertaine.

Photo « The Guardian »