Réunion de famille

Réunir pendant un weekend prolongé une vingtaine de personnes de quatre générations différentes constitue une belle expérience.

 Nous avions réservé pour le pont du 11 novembre un gîte d’une dizaine de chambres dans la région de Vendôme. Sans le savoir, nous allions passer quelques jours dans une ancienne maison de retraite reconvertie en gîte de tourisme : un cadre idoine pour une rencontre intergénérationnelle ! Les participants à la réunion de famille : ma mère (88 ans), trois personnes de la génération des 55 – 65 ans, cinq couples de 25 – 40 ans et six enfants de cinq mois à huit ans.

141111_Rencontre_Famille

Dans les rues de Vendôme, quatre générations

Le bien-vivre ensemble requiert une solide organisation. Il faut acheter à l’avance les ingrédients des petits déjeuners, déjeuners, goûters et dîners ; amener le vidéoprojecteur qui permettra de visionner les films de famille ; prévoir les excursions ; répartir les rôles à la cuisine et à la vaisselle ; battre le rappel pour les repas.

 Il faut aussi une bonne dose de patience et de souplesse. Adultes et enfants, enfants et bébés ne vivent pas au même rythme. S’il est bon de fixer le départ d’une excursion à 14h, il est probable que vingt ou quarante minutes plus tard on attendra encore des retardataires et que certains participants se seront désistés.

 Il faut aussi de la tolérance. Lorsque des petits enfants fondent sur un plat de chips comme une volée de pies, quand dans une admirable église ils grimpent en chaire et se livrent à un concours de grimaces, il convient de se rappeler combien l’intrusion intempestive d’un adulte étranger pourrait être contreproductive.

 Le partage d’une tranche de vie par quatre générations apporte à l’adulte vieillissant que je suis fraîcheur et émerveillement. Je suis touché par ces petits êtres qui font leurs premiers pas dans la vie, qui trébuchent, se relèvent, inventent pas à pas l’homme ou la femme qu’ils seront plus tard. Ils interagissent avec moi ou m’évitent, me sourient ou évitent mon regard. Pour quelques heures, mon quotidien est rempli de leur présence.

Je suis heureux d’avoir rendu possible ce moment de grâce.