Song for Marion

Le cinéma anglais se porte bien. Après « Mariage à l’anglaise », une comédie déjantée, nous avons adoré « Song for Marion », une comédie dramatique sentimentale qui fait du bien.

 Arthur (Terence Stamp) et Marion (Vanessa Redgrave) sont deux retraités dans une banlieue typique d’une ville anglaise. Ils s’aiment profondément, bien qu’ils soient à l’opposé l’un de l’autre, Marion vive et extravertie, Arthur introverti et, dit-il de lui-même, grincheux.

 Marion fréquente un club pour personnes âgées dont la chorale est animée par une jeune professeure de musique bénévole, Elizabeth (Gemma Arterton), qui choisit un répertoire osé que l’on verrait plutôt chanté par des teenagers. Marion est la soliste de la chorale ; habitué à cacher ses sentiments, Arthur a horreur de la voir se donner en spectacle. Son aversion grandit à mesure que le cancer dont souffre Marion entre en phase terminale. Arthur voudrait protéger la femme qu’il aime, la garder pour lui le plus longtemps possible. Marion au contraire entend profiter du peu de vie qui lui reste, et cela passe par la chorale.

 Marion meurt. Arthur se sent prisonnier de la gangue protectrice qu’il a tissée autour de lui, et qui l’a aussi coupé de son fils James (Christopher Eccleston), à qui il n’a jamais su dire qu’il l’admirait et qu’il l’aimait. Il sait bien ce que Marion attendrait de lui : qu’il prenne sa suite au sein de la chorale, qu’il en devienne le soliste. Mais, à son âge, peut-il encore changer ?

 Ecrit et réalisé par Paul Andrew William, « Song for Marion » est un beau film, juste et émouvant. Il parle d’un deuil, d’une manière positive qui donne espoir. Les acteurs sont magnifiques, avec une mention spéciale à Gemma Arterton, grand comédienne et femme craquante. Et nous avons retrouvé là ce que nous avons aimé de la culture anglaise pendant notre séjour de 5 ans à Watford : une vision positive de la vie, et un humour à fleur de peau dans les situations les plus difficiles.

Gemma Arterton dans le rôle d'Elizabeth

Gemma Arterton dans le rôle d’Elizabeth