Steve Jobs, visionnaire obstiné

“Steve Jobs a changé la manière dont chacun de nous voit le monde”, a dit Barak Obama à l’annonce du décès du fondateur d’Apple.

 Cet homme est mort jeune, à 56 ans. Dans le bref temps de sa vie, il a pourtant apporté des innovations qui ont changé la vie des gens : l’ordinateur personnel convivial (Macintosh), le film d’animation, la manière d’acheter et d’écouter de la musique (iPod et iTunes), la façon de téléphoner (iPhone), la gestion des documents personnels sans papier (iPad).

 Son parti pris était de partir des besoins des consommateurs. Son génie, de partir de besoins qui n’existaient pas encore, mais que l’arrivée de produits puissamment innovants allait rendre évidents.

 « Cela a été un de mes mantras – focus et simplicité. Faire simple peut être plus difficile que faire  compliqué. Il faut travailler dur pour dépouiller sa pensée et la rendre simple. Mais cela vaut la peine à la fin parce qu’une fois qu’on y est, on peut déplacer des montagnes » (Steve Jobs, Business Week 1998).

 « Dans le vocabulaire de la plupart des gens, design veut dire vernis. C’est de la décoration intérieure. C’est le tissu des rideaux et du sofa. Mais pour moi, rien ne peut plus être éloigné du sens du mot design. Le design, c’est l’âme fondamentale de la création faite de main d’homme qui finit par s’exprimer dans les couches extérieures successives du produit ou du service » (Steve Jobs, Fortune Magazine 2000).

 « Me rappeler que je serai mort bientôt est la chose la plus importante que j’aie jamais rencontrée pour m’aider à faire les grands choix de la vie. Parce que presque tout, toute espérance extérieure, toute la fierté, toute peur d’embarras ou d’échec – ces choses ne tiennent tout simplement pas en face de la mort, laissant seulement ce qui est vraiment important. Se rappeler que l’on va mourir est la meilleure manière que je connaisse pour éviter le piège de penser que l’on a quelque chose à perdre. On est déjà nu. Il n’y a pas de raison de ne pas suivre son cœur. » (Steve Jobs, discours de Stanford, 2005).

 Cet homme était un visionnaire obstiné. Et aussi un grand homme.

 Photo « The Guardian ».