Sur les pentes de La Fournaise

Les éruptions du volcan de La Fournaise, à La Réunion, attirent une foule de curieux.

Voilà quinze jours que le volcan est en éruption. La route d’accès depuis Bourg Murat traverse un paysage de pâtures digne du Jura. À mesure que l’on prend de l’altitude et que l’on dépasse la couche de nuages, la vue sur le massif du Piton des Neiges est impressionnante. Peu à peu, la végétation se fait plus rare. Soudain, la route plonge en lacets dans une plaine de cendres grises bordée d’un « rempart » abrupt. Elle se transforme alors en piste passablement défoncée.

Nous arrivons vers 18h sur un parking aménagé à quelques kilomètres du massif. Des dizaines de voitures y sont déjà stationnées. Les pompiers y ont organisé un hôpital de campagne.

 

Nous nous mettons en marche au crépuscule. Le lieu d’observation de l’éruption est à deux heures de marche. Nous longeons le cône du volcan, encore éclairé d’une lumière ocre. À contrejour nous admirons des reliefs contenant une mer de nuages. À mi-chemin, nous ajustons les lampes frontales. Le chemin, peu accidenté, longe une ligne de crête. De loin en loin, nous pouvons observer, loin en contrebas, le jaillissement de la lave et la nuée. Peu à peu, nous nous approchons ; peu à peu, l’obscurité fait apparaître le volcan comme une forge gigantesque. Vulcain était un dieu.

C’est l’hommage à un dieu que rendent les centaines de marcheurs qui, comme les pèlerins de N-D de Guadalupe, s’avancent en procession dans la montagne, cette nuit. Les centaines de lampes marquent le chemin et font écho aux milliards d’étoiles dans le firmament limpide. L’air est vif, mais pas encore vraiment froid. L’attention est captée par le souci d’éviter la rocaille sous les pieds, et souvent aspirée vers le ciel, vers la Voie Lactée.

C’est beau, magique, spirituel.

Sure la route d’accès au volcan, le Piton des Neiges