Sur les traces de Jean Ferrat

100710_antraigues_sur_volane.1289760048.jpg

Dans son édition des 5 – 6 juillet, Le Monde a publié un article sur la transformation d’Antraigues-sur-Volane, la « montagne » de Jean Ferrat, en lieu de pèlerinage. Il est difficile de ne pas remarquer le contraste avec le Paris fétide de l’affaire Bettencourt.

Carole Dumas-Pitavy, envoyée spéciale à Antraigues-sur-Volane, écrit : « depuis la mort de Jean Ferrat le 13 mars, ils n’ont cessé d’arriver. Par bus entiers, lors de son enterrement ; puis à vélo, en voiture, en camping-car. Via des tours opérateurs aujourd’hui… A Antraigues-sur-Volane, en Ardèche, deux cents personnes par jour en semaine et près de mille cinq cents le week-end viennent sur les traces du chanteur. »

Les chansons de Ferrat nous touchent par leur puissante poesie, comme celles de Piaf ou de Brassens. Mais son personnage lui-même devient peu à peu l’icône d’une France digne, travailleuse, fière de son héritage révolutionnaire, soucieuse de la qualité de son cadre de vie. Jean Ferrat cristallise à la fois le communisme idéalisé (et purifié par le rejet tardif du stalinisme) et, avec trente ans d’avance, l’écologie en action. C’est un anti-carriériste, fuyant la vie « people » et les projecteurs pour une vie simple en Ardèche.

Il est très possible que les acteurs malgré eux de l’affaire Bettencourt n’aient pas commis d’actes répréhensibles ; laissons-leur le bénéfice du doute à ce stade. Mais comment ne pas voir qu’ils sont devenus les icônes d’une France parisienne, avide de célébrité et de pouvoir, ayant perdu le sens de la mesure dans la fréquentation de personnes qui « valent » plusieurs millions d’euros ?

Il est facile de déifier les morts. Jean Ferrat au pouvoir – situation qu’il aurait détestée ! – n’aurait certainement pas fait progresser la France dans le sens de la compétitivité, qui est pourtant cruciale pour l’avenir du pays. Il reste qu’il est difficile aux Français de s’identifier a ceux qui les gouvernent actuellement, et que le personnage de Ferrat donne une indication sur les qualités humaines qu’ils aimeraient, un jour, trouver en ceux qui leur succèderont.

Photo : Antraigues-sur-Volane, le bourg de montagne de Jean Ferrat