Une vision claire pour l’euro ?

Dans une tribune publiée par Le Monde le 16 juillet, quatre personnalités européennes de premier plan réclament « une vision claire pour l’euro afin qu’il sorte renforcé de cette crise ».

 Jacques Delors, Felipe Gonzalez, Romano Prodi, Etienne Davignon et Antonio Vitorino en appellent à une vision claire des enjeux de la crise de l’euro portée par des hommes politiques engageant leur crédit pour permettre de dépasser les difficultés immédiates.

 Ils énoncent les composantes de cette « vision claire ».

 Les dépôts des particuliers doivent être garantis mais, au contraire de ce qui s’est fait en Irlande, il faut que les actionnaires et porteurs d’obligations des banques «portent leur part du fardeau ». Les signataires ajoutent toutefois qu’il ne faut pas menacer la stabilité du système, ce qui n’est pas sans troubler la clarté de la vision.

 Les signataires prônent une régulation européenne, et plus seulement nationale, des banques et des marchés européens. On sait que des progrès ont été réalisés, mais aussi qu’il faut composer avec deux réalités, la zone euro dont la banque est à Francfort et la capitale mondiale de la finance, Londres.

 Les signataires affirment que la réduction des déficits doit avoir lieu. « Mais elle doit être maîtrisée, avec un horizon de temps réaliste, des étapes clairement marquées, et ne pas se donner des objectifs intenables qui détruiraient sa crédibilité, parce qu’ils ne pourraient durablement avoir le soutien des populations et de leurs représentants élus ». Ici, la vision est indiscutablement claire, mais le diable est dans les détails de sa réalisation, pays par pays, sous le regard des agences de notation.

« Vision claire : tout ce qui peut être fait pour éviter un défaut de la dette grecque doit l’être ». C’est ici que la vision claire s’enfonce dans le plus épais brouillard. Les signataires annoncent en effet des pertes comptables pour les banques qui ont investi dans la dette grecque et recommandent le rachat et l’annulation par des fonds communautaires ou internationaux d’une partie de cette dette. Si l’annulation d’une partie de la dette d’un Etat ne s’appelle pas « défaut », comment faut-il la désigner ? Et comment contraindre les investisseurs à constater une perte comptable, sinon en déclarant qu’on est incapable de les payer, ce qui est précisément la définition du défaut de paiement ?

 Il ne s’agit pas seulement de jeux autour du mot « défaut ». Il n’est pas possible d’exposer une vision claire sans citer des chiffres. Combien cela coûterait-il aux citoyens contribuables des pays de l’Union Européenne (ou seulement de la zone euro ?) ? Il faut certes du souffle et de l’enthousiasme européens, qui manquent cruellement aux Chefs d’Etat actuellement en charge. Mais la vision ne sera claire que si elle indique aussi les étapes et les coûts du règlement de la crise de l’euro pour les années à venir.

 Les signataires indiquent que « des premiers pas ont été accomplis tout au long de la gestion de la crise : dans la douleur, certes, mais chaque obstacle a été franchi, et à chaque fois le projet commun des Européens a survécu, et des solutions ont été  trouvées avec des innovations majeures ». En un sens, l’Europe a toujours progressé de compromis sordides en cotes mal taillées sous la pression des événements et des horloges arrêtées.

 Delors, Gonzalez, Prodi, Davignon et Vitorino en appellent à une vision claire, mais leur tribune s’apparente davantage à une incantation. Elle ne constitue hélas pas une feuille de route. La crise continuera à être gérée de manière chaotique. Une vision claire de l’Europe de demain est nécessaire, mais il est peut-être trop tôt pour l’énoncer. Il faudra d’autres conflits, d’autres déchirements, d’autres concessions arrachées sous la pression de la peur, pour qu’apparaissent nettement les contours de l’Europe de demain.

 Illustration  « The Guardian »