Volcans islandais, électricité britannique

Dans The Guardian du 12 avril, Damian Carrington explique les plans britanniques pour importer de l’électricité dans les années à venir par des câbles sous-marins. Parmi ces projets, celui d’importer de l’électricité produite par géothermie en Islande.

 Le ministre britannique de l’énergie, Charles Hendry, va visiter l’Islande en mai pour négocier la construction d’un câble sous-marin de 1000 à 1500 km, le plus long au monde, pour approvisionner la Grande Bretagne en électricité produite en utilisant la chaleur des volcans.

 Trois câbles sous-marins existent déjà. Depuis 1986, un câble achemine du courant électrique d’origine nucléaire depuis la France. Un câble avec les Pays-Bas est dédié à l’électricité éolienne, et bientôt deux avec l’Irlande. De considérables investissements vont être consentis pour importer de l’électricité « verte » dans les prochaines années : avec l’Espagne (projet Desertec d’énergie solaire), avec l’Islande, l’Irlande et les Pays-Bas, déjà mentionnés, et avec la Norvège. Dans ce dernier pays, l’énergie éolienne sera utilisée pour alimenter des pompes qui transporteront l’eau de fjords dans des réservoirs situés au-dessus du niveau de la mer ; lorsque le besoin de courant se fera sentir, on produira de l’électricité hydroélectrique à partir de ces réservoirs.

 A l’horizon d’une quinzaine d’années, la Grande Bretagne sera reliée à l’Europe par une douzaine de « connecteurs » sous-marins, qui lui permettront d’importer de l’énergie, mais aussi d’en vendre lorsque ses turbines éoliennes fonctionneront à plein régime. « Transhumances » avait déjà souligné l’incroyable et inavoué abandon de souveraineté par la Grande Bretagne lors de l’accord qui consacrait, il y a deux ans, la coopération avec la France dans le domaine de la force de frappe. Il faut bien constater que c’est à un impressionnant acte de foi européen que se livre la Grande Bretagne dans le domaine stratégique de l’approvisionnement en énergie. Le pays, qui a une longue histoire d’autosuffisance électrique, se connecte à un super-réseau européen et devient dépendante de son bon fonctionnement et de sa continuité.

Centrale géothermique en Islande, Photo The Guardian