White Material

100704_white_material.1278236148.jpg

Le dernier film de Claire Denis, « White Material », nous emmène dans l’Afrique des machettes et des enfants soldats. Il est dérangeant, et inoubliable.

Maria Vial (Isabelle Huppert) gère une plantation de café dans une région troublée d’Afrique. Du domaine vivent aussi son ex-mari, André (Christophe Lambert), leur fils Manuel, le père d’André qui est propriétaire du domaine, ainsi que l’épouse africaine d’André et le fils qu’ils ont eu ensemble.

La région est agitée par une impitoyable guerre civile. Des bandes armées incluant de jeunes enfants sèment la terreur. Un hélicoptère de l’armée invite Maria à fuir, mais celle-ci s’entête. La récolte doit se faire dans les quinze jours ou sera perdue. Et où irait-elle en France ? Ici, elle est la reine. Face à l’adversité, les ouvriers qui quittent le domaine par peur de la catastrophe qui menace, l’essence qui se fait rare, le barrage routier qui la rançonne, elle se raidit et ne cède pas un centimètre de terrain. La violence n’est pas une chose nouvelle dans le pays, et puis elle est blanche, étrangère aux conflits ethniques locaux.

Mais précisément, la race devient un problème à mesure que les haines s’exaspèrent. La radio incite les auditeurs à s’en prendre au « matériel blanc », les possessions des blancs et leurs personnes elles-mêmes. Inflexible, Maria jette toute son énergie dans la survie de la plantation et ne se rend pas compte du danger qui plane. André et son père capitulent, vendent le domaine et préparent la fuite à leur insu. Prostré par l’angoisse, Manuel sombre dans la folie, s’arme de la carabine de son père, se joint à une bande armée puis met le feu au domaine et meurt dans l’incendie. Maria n’exerce le pouvoir que sur la plantation, et celle-ci est en train de sombrer. Elle est incapable d’influencer ses proches et ne peut empêcher leur désertion.

Le spectateur passe un mauvais moment avec ce film. L’anxiété monte peu à peu, à mesure que l’absurdité de la guerre se révèle. Les derniers amis de Maria, les pharmaciens, sont assassinés malgré leur garde armée ; leurs assassins avalent des poignées de gélules comme s’il s’agissait de bonbons. On sent venir le cataclysme comme une fatalité. Mais on est captivé par la capacité de Claire Denis à raconter le versant tragique de l’Afrique par un puissant langage cinématographique. Isabelle Huppert est magnifique, félin d’Afrique à la rousse crinière dans la savane rousse.

Photo du film « White Material »