Women Beware Women

100508_women-beware-women-006.1273392398.jpg

Le National Theatre de Londres donne actuellement Women Beware Women (femmes méfiez-vous des femmes), une pièce de Thomas Middleton, un contemporain de Shakespeare. L’adaptation par la metteuse en scène Marianne Elliott est particulièrement réussie.

Middelton a écrit cette pièce probablement en 1621. L’action se passe à la Cour du Duc Côme de Médicis à Florence. Livia, une dame de la cour, intrigue pour offrir la jeune Bianca, à peine mariée au jeune Leantio, à l’appétit du Duc. Elle invente une filiation imaginaire à sa nièce Isabella pour ouvrir la voie à une relation, incestueuse, avec son oncle Hippolito. Le Duc convainc Hippolito d’assassiner Leantio pour pouvoir épouser Bianca. Mais les vengeances se déchainent pendant les noces qui d’achèvent en bain de sang.

Nul n’est moral à la Cour des Médicis. Même Leantio considère sa jeune femme Bianca comme un trophée qu’il faut enfermer à clés de peur que d’autres le convoitent. Même Bianca, qui a épousé Leantio par passion au prix d’une mésalliance, se laisse bien vite séduire par la perspective de devenir duchesse, riche et puissante. Livia, jouée par l’extraordinaire Harriet Walter, est elle-même un serpent parmi les serpents, dotée d’une formidable énergie mais finalement vulnérable.

Comment mettre à la scène une tragédie écrite il y a près de 400 ans ? Marianne Eliott donne dans le grandiose. Un plateau tournant présente le Palais des Médicis avec deux faces, l’une convexe pour les scènes d’extérieur, l’autre concave pour l’intérieur du Palais. Les éclairages donnent encore plus de profondeur au décor. C’est particulièrement sensible quand le Duc marche seul en grand uniforme sous une pluie d’argent et a le regard attiré par Bianca qui le regarde d’une fenêtre ; ou pendant la partie d’échecs que Livia propose à la mère de Leantio pendant qu’à l’étage le duc viole Bianca.

Comme à l’époque de Middelton, la musique et la danse ont leur place dans la pièce. Un orchestre surplombe le plateau. La scène finale, le bal masqué donné pour les noces fatales de Côme et de Bianca, est très précisément chorégraphié. Mais musique et chorégraphie ne sont pas du dix-septième siècle, de même que les costumes ou la diction des personnages. Pour autant, ils ne sont pas exactement d’aujourd’hui : l’ambiance musicale jazzy ainsi que l’esthétique à la Marilyn Monroe de la coiffure et des vêtements de Bianca évoquent les années cinquante en Amérique. En poursuivant cette veine, on pense à Grace Kelly et à la Principauté de Monaco.

Photo The Observer, Harriet Walter dans le rôle de Livia.