Wunderkammer par Circa

 

La troupe australienne Circa a présenté au Barbican de Londres un spectacle intitulé Wunderkammer (le cabinet des curiosités en allemand).

 Emma McGovern, l’une des acrobates de Circa, danse avec la corde suspendue au centre de la scène. Elle virevolte, s’enroule, glisse, tourne sur elle-même dans un mouvement solaire soudain miraculeusement ralenti. La corde est instrument de mort mais aussi serpent sensuel caressant. Le corps est sans cesse entraîné par sa gravité, mais les mouvements de l’artiste la projettent dans cesse plus haut dans un vertige de grâce et d’énergie. Ce n’est pas tout. Lorsqu’Emma et la corde se séparent, elle ne touche pas terre. Elle marche, non sur le sol, mais sur les mains et les têtes de partenaires, prolongeant le sentiment d’irréalité. C’est un moment d’une stupéfiante beauté.

 Le cabinet des merveilles que propose Circa, sous la direction de Yaron Lifschitz, nous présente des numéros d’acrobatie d’une incroyable virtuosité. Les ingrédients sont ceux du cirque : le danger, la perfection du geste, la clownerie. Mais l’art du cirque est réinterprété dans une esthétique moderne où la musique, la chorégraphie, les lumières jouent un rôle capital. Il emprunte au cabaret, à la comédie musicale et même au strip-tease.

 Les sept artistes en scène sont exceptionnels. La division des sexes est apparente dans le vêtement et  le jeu de la séduction, mais il n’y a pas de concession au « sexe faible » : les femmes portent les hommes aussi bien que le contraire. Le « politiquement correct » se ressent aussi dans le casting : les artistes sont prodigieusement doués, mais ils n’ont pas été choisis selon la beauté de leur corps. Une acrobate porte un large tatouage sur le corps.

 Photo www.circa.org.au